Pas de circuit F1 dans les Yvelines

  • A
  • A
Pas de circuit F1 dans les Yvelines
Partagez sur :

F1 - Le président du conseil général des Yvelines, Alain Schmitz, a annoncé qu'il retirait son projet de circuit de F1 à Flins-Les Mureaux.

Le président du conseil général des Yvelines, Alain Schmitz, a annoncé mardi sur le site internet de son département qu'il retirait le projet de circuit de Formule 1 prévu à Flins-Les Mureaux. Le site de Magny-Cours et le projet Val-de-France sont en revanche toujours en lice pour accueillir le futur Grand Prix de France. Le soutien de François Fillon n'aura pas suffi. Alors qu'il estimait bénéficier de l'appui du Premier ministre pour son projet de circuit de Formule 1 à Flins, le président du conseil général des Yvelines, Alain Schmitz (UMP), a annoncé mardi sur le site internet de son département qu'il renonçait à ce dernier."En l'absence des soutiens nécessaires que j'avais appelé de mes voeux le 3 juillet dernier à l'occasion de mon élection à la Présidence du Conseil général, et après avoir consulté tous les acteurs de ce dossier, qu'ils soient partenaires ou opposants, j'ai pris la décision, en accord avec tous les élus de l'assemblée départementale, de renoncer à la construction d'un circuit de Formule 1", a déclaré l'élu.Pour Alain Schmitz, le circuit de Formule 1 a toutefois fait office de "produit d'appel", qui "a atteint son objectif en plaçant les Yvelines sous les feux de l'actualité". Il entend d'ailleurs poursuivre "le projet global" de "création de la Vallée de l'Automobile et de la Mobilité Durable, afin que les Yvelines restent le 1er département pour l'automobile et dont l'un des principaux objectifs est de sauvegarder et de créer des emplois dans cette filière".Sarcelles ou Magny-Cours ? Le projet de Flins-Les Mureaux, dont le coût était estimé à 112 millions d'euros, avait subi l'opposition du secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno et de son ministre de tutelle Jean-Louis Borloo, car il est situé sur des champs de captage d'eau potable.Il avait encore plus pris du plomb dans l'aile lorsque, le secrétaire d'Etat chargé du développement de la région capitale, Christian Blanc, avait déclaré en juillet dernier lors d'un dîner avec des élus du Val d'Oise à Sannois (Val-d'Oise): "Le circuit de Formule 1 ne se fera pas à Flins. Si le projet de circuit doit se faire en Ile-de-France, il se fera à l'est du Val d'Oise, c'est-à-dire à Sarcelles". Le projet prévu dans le 95, baptisé Val-de-France, est en effet toujours en lice pour accueillir le Grand Prix de France, qui avait disparu du calendrier en 2009.Jean Todt pour le retour du Grand Prix de FranceMais il risque de subir la concurrence du circuit de Magny-Cours, dans la Nièvre, qui, après avoir organisé l'événement de 1991 à 2008, compte entreprendre d'importants travaux de rénovation. En mai dernier sur Europe 1, François Fillon avait exprimé sa détermination d'organiser rapidement un Grand Prix en France: "Le gouvernement fera tout ce qu'il peut pour qu'il y ait le plus vite possible un Grand Prix en France, c'est-à-dire 2010 et 2011".Les récentes déclarations de Jean Todt, tout juste élu à la présidence de la FIA, vont dans le même sens: "Ça fera partie des dossiers qu'on regardera, que j'ai commencé à aborder avec mes amis de la Fédération (française), avec quelques membres du gouvernement. Je souhaite que la France ait un Grand Prix de Formule 1". Reste désormais à savoir où ?