N'Dam: "Je serai son matador"

  • A
  • A
N'Dam: "Je serai son matador"
Partagez sur :

Le Franco-Camerounais Hassan N'Dam combattra, samedi au Palais des Sports de Paris, face au Géorgien Advantil Khurtsidze pour le titre WBA "par intérim" des poids moyens. Invaincu - avec 24 victoires pour aucune défaite - El Fenomeno considère ce combat comme "une étape" vers le titre mondial "régulier", qu'il pourrait disputer cet hiver. Parfois fantasque, le boxeur de 26 ans a promis "de faire le show" au public français lors de sa conférence de presse.

Le Franco-Camerounais Hassan N'Dam combattra, samedi au Palais des Sports de Paris, face au Géorgien Advantil Khurtsidze pour le titre WBA « par intérim » des poids moyens. Invaincu - avec 24 victoires pour aucune défaite - El Fenomeno considère ce combat comme "une étape" vers le titre mondial "régulier" qu'il pourrait disputer cet hiver. Parfois fantasque, le boxeur de 26 ans a promis "de faire le show" au public français lors de sa conférence de presse. Comment abordez-vous cette rencontre capitale pour votre carrière ? Je suis bien, je me suis préparé pour tenir les 12 rounds. Mon coach (Moustapha Ouicher, ndlr) présente Khurtsidze comme un taureau, moi je serai son matador. J'espère donc le "piquer" avant la limite mais je ne veux pas tout dévoiler, je préfère garder un peu de suspense, mais je vais gagner. Il y aura du show comme d'habitude. Pouvez-vous présentez votre adversaire ? C'est un boxeur intéressant, j'ai regardé deux ou trois vidéos de ses combats. C'est une tornade sur le ring qui avance et travaille son adversaire sans arrêt. J'ai vraiment pu préparer ce combat avec sérénité, car, jusqu'à présent, ça a toujours été difficile de trouver des adversaires dans les temps, c'était toujours à la dernière minute. Cette fois-ci, on avait un nom, une taille, un style de boxe. J'ai pu choisir des sparring-partners en fonction de lui. Je le remercie car ce n'est pas tout le monde qui accepte de me combattre. Il a du courage, il lui en faudra aussi samedi pour monter sur le ring. "Le Palais des Sports? Un lieu mythique" Il vous compare au boxeur hongrois Attila Kovacs... (Il coupe) Pas du tout! Un Hassan N'Dam, il n'y en aura qu'un dans le monde. Il y a eu un seul Mohamed Ali, il y a eu un Frazier. Et Kovacs ne m'arrive même pas à la cheville, s'il pense vraiment ça, il a du mouron à se faire. Vous mesurez presque dix centimètres de plus qu'Advantil Khurtsidze (1m80 contre 1m73). Avez-vous réfléchi à une stratégie ? J'ai travaillé dans tous les domaines. Je n'ai pas de stratégie particulière. Je boxe en fonction de ce que mon adversaire me propose sur le ring. La seule chose que je peux déjà vous dire, c'est que je respecte Advantil. Mais je lui conseille de bien se regarder dans le miroir avant samedi, car après le combat, il n'aura plus la même tête ! (rires) Quels sont vos points-forts ? Je suis un boxeur très complet. Je ne néglige rien afin de continuer à évoluer et à apprendre. J'ai encore une marge de progression, mais mon point-fort c'est ma capacité d'adaptation et d'assimilation que ce soit au niveau physique, technique ou mental. En cas de victoire vous serez opposé à Gennady Golovkin, qui est l'autre champion du monde "par intérim" des poids moyens, pour le titre WBA "régulier"... Oui, pour moi Advantil Khurtsidze n'est qu'une étape sur ma route vers le sacre mondial "régulier". J'ai déjà fait le vide en France et en Europe. Je devrai ensuite affronter Gennady Golovkin avant le 31 janvier prochain (date limite fixée par la WBA, ndlr) pour devenir le seul champion du monde. Il sera d'ailleurs sans doute au bord du ring samedi. Vous allez combattre au Palais des Sports qui est un peu le « temple » de la boxe en France. Est-ce important pour vous? Oui, c'est une promesse que m'avait faite mon promoteur Sébastien Acariès. C'est vraiment un honneur pour moi de boxer là-bas car c'est un lieu mythique. C'est aussi une très grande joie de faire ce combat en France, sur une chaîne de télévision gratuite (Direct 8, ndlr). Il sera également diffusé en Afrique, c'est super pour toute ma famille qui est au Cameroun et qui pourra m'encourager.