Montpellier et Chambéry au top

  • A
  • A
Montpellier et Chambéry au top
Partagez sur :

Ils ne sont plus que deux... Montpellier est difficilement venu à bout de Paris ce mercredi pour le compte de la 5e journée (31-26) tandis que Chambéry s'est offert le scalp de Dunkerque au terme d'une rencontre plus accrochée que le score peut le laisser paraître (32-25). Les Nordistes battus, seuls les Héraultais et les Savoyards restent invaincus en championnat et pointent logiquement en tête. Le mano a mano se poursuit.

Ils ne sont plus que deux... Montpellier est difficilement venu à bout de Paris ce mercredi pour le compte de la 5e journée (31-26) tandis que Chambéry s'est offert le scalp de Dunkerque au terme d'une rencontre plus accrochée que le score peut le laisser paraître (32-25). Les Nordistes battus, seuls les Héraultais et les Savoyards restent invaincus en championnat et pointent logiquement en tête. Le mano a mano se poursuit. On attendait une réaction de Montpellier. Mais sans doute pas une si belle résistance de Paris. De fait, si le champion de France a finalement eu le dernier mot, le palais des sports René Bougnol n'a guère été à la fête. Et pourtant, d'entrée de jeu, Montpellier s'échappe 4-0. On songe forcément à un carton plein pour oublier l'Europe et Vezprem. A tort. "On savait que cela allait être compliqué. On a bien démarré puis, après, on s'est affolé", avoue d'ailleurs Mladen Bojinovic au micro d'Eurosport. Cela permet en tout cas aux Parisiens de revenir à 4-4 et même de passer devant grâce à Ortega 6-5. Une faible avance pour un duel bien engagé qui se poursuit durant toute la première période. Il faut d'ailleurs un contre supersonique de Guigou à la dernière seconde du premier acte pour empêcher les Franciliens de virer en tête à la pause (16-16, 30e). "C'est toujours difficile contre eux. Mais surtout, on prend trop de buts", concède William Accambray, toujours à l'antenne d'Eurosport. Patrice Canayer remobilise ses joueurs et Montpellier, avec un Nikola Karabatic en tribunes, redémarre en trombe 19-16 (33e). Un nouvel écart mais une nouvelle fois, Paris s'accroche pour revenir à 19-18 puis égaliser par Ortega 21-21 (40e). Chambéry étouffe Dunkerque Il faut alors toute la malice de Guigou pour marquer dans le but vide 22-21 (43e) et ainsi lancer définitivement la machine. Malgré un Patrice Annonay superbe dans le but parisien, Bojinovic (25-22) et Accambray (27-23, 53e) sont impitoyables. Paris craque sur le tard ce qui permet à Montpellier de faire un petit écart pour finalement l'emporter (31-26). Un 5e succès en autant de rencontres pour les hommes de Canayer qui filent grand train en tête du championnat. Pour Paris, c'est une autre course qui est engagée. "On travaille avec nos moyens. Mais, une chose est sûre, on va s'en sortir. Dans les années à venir, Paris sera un grand club. En tout cas, la qualité du travail est là. Avec un peu plus de moyens, ce sera très bien. Il va falloir serrer les fesses pendant toutes cette première partie de saison, mais on sera là", lâche en effet Olivier Girault, l'entraîneur parisien. Montpellier pointe en tête mais n'est cependant pas seul. En effet, deux autres équipes bombaient fièrement le torse avec 4 succès avant cette 5e journée: Chambéry et Dunkerque. Un premier acte plutôt à l'avantage de Savoyards qui mènent les débats: 5-3, 7-5, 13-10 et enfin 15-10 à la pause grâce à un but de Roiné. "Je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé. -5, c'est un peu dur, c'est un match important", consent Vincent Gérard, le portier des Nordistes à l'antenne d'Orange Sport. Un score qui a effectivement enflé d'un seul coup d'un seul en fin de premier acte. La 500e de Philippe Gardent A la reprise, Dunkerque ne cède pas, bien au contraire et revient à 16-13 (34e) puis à 17-16 (38e). On imagine une fin de match accrochée mais les Savoyards, grâce notamment à un Barachet de feu, refont l'écart 21-17, 24-19 puis 27-23. La tension est alors papable car il ne manque pas grand-chose à Dunkerque. C'est néanmoins Chambéry qui prend définitivement le large avec Detrez, Paty ou encore Barachet en bourreaux. Les dernières minutes ressemblent à un calvaire pour une équipe de Dunkerque qui a craqué (32-25). "Grosso modo, on n'a pas fait un grand match. On est tous solidaires, tous conscients des fautes que l'on a faites aujourd'hui", avoue Jérémy Darras, sur Orange Sport. A quelques kilomètres de là, Patrice Canayer commente déjà le succès de Chambéry. "Ce sont les vrais favoris du championnat", lâche-t-il sur Eurosport. Il ne manque pas de saluer Philippe Gardent qui va fêter son 500e match avec Chambéry ce week-end. "Bon anniversaire, une 500e contre Barcelone, ce sera une belle fête. Je leur souhaite de faire un beau match." Une entente cordiale qui tiendra au moins jusqu'au 3 novembre prochain, date d'un Chambéry-Montpellier à savourer sans retenue...