Monfils est resté zen

  • A
  • A
Monfils est resté zen
Partagez sur :

En s'armant de patience, Gaël Monfils est parvenu à enrayer la machine à servir, John Isner, en quarts de finale de l'Open Sud de France à Montpellier. Vainqueur en trois manches (3-6, 6-4, 6-4), le Parisien s'est qualifié pour les demi-finales, où il retrouvera un autre Français, Jo-Wilfried , -)Tsonga, vainqueur de Gilles Simon (6-3, 6-7, 6-3).

En s'armant de patience, Gaël Monfils est parvenu à enrayer la machine à servir, John Isner, en quarts de finale de l'Open Sud de France à Montpellier. Vainqueur en trois manches (3-6, 6-4, 6-4), le Parisien s'est qualifié pour les demi-finales, où il retrouvera un autre Français, Jo-Wilfried , -)Tsonga, vainqueur de Gilles Simon (6-3, 6-7, 6-3). Pour sa première à Montpellier, l'Open Sud de France, successeur du tournoi de Lyon sur le calendrier ATP, verra un Français en finale, dimanche, sur le court de l'Arena. Il s'agira de Jo-Wilfried Tsonga ou de Gaël Monfils. Le premier a sorti Gilles Simon dans la soirée, le second a lui décroché son ticket pour le dernier carré en soulevant la montagne John Isner. Le géant américain s'était pourtant fait un plaisir d'écoeurer d'aces deux jeunes Tricolores, Benoît Paire et Adrian Mannarino, lors des deux premiers tours. Mais là où ses deux jeunes cadets ont échoué, Monfils y est arrivé, en trois sets (3-6, 6-4, 6-4). "Je vais trouver la solution. J'espère qu'elle viendra petit-à-petit pendant le match", promettait le n°2 français avant la rencontre, devant les caméras de Sport+. Cette solution, pas si évidente à trouver puisque les deux précédents joueurs à avoir battu Isner s'appellent Roger Federer et Novak Djokovic, résidait simplement dans le jeu-même de Monfils. De bons retours, et une grosse défense, avant tout. En quatre confrontations (dont trois défaites), le Français avait toujours pris un set à Isner. Il lui manquait simplement de la constance, un domaine dans lequel il semble en net progrès ces dernières semaines, et de la patience. Ce vendredi, pas le moindre signe d'agacement en vue sur les parpaings répétés de l'Américain. Il y avait pourtant de quoi de se frustrer. Dès le deuxième point, Isner réalisait son premier ace de la partie, le 1000e de sa saison. Mais il n'était pas encore totalement rodé au service, et Monfils en profitait pour se créer quatre balles de break lors des troisième et cinquième jeu. Toutes effacées, pendant que l'Américain, lui, ne manquait pas l'opportunité de se détacher (1-4). Après 33 minutes, Isner, avec ses statistiques habituelles (5 aces, 78% de première balle), bouclait la première manche (6-3). Du déjà-vu. Isner se fâche avec son coup droit Heureusement, Monfils n'a pas cédé à la fatalité, une condition sine qua non contre ce type d'adversaire. Le début du deuxième set avait pourtant tout pour l'endormir, en même temps que le public montpelliérain. Après huit jeux, les deux serveurs n'avait lâché que 5 points sur leurs mises en jeu. Mais, pour une fois, c'est l'Américain qui va flancher: trois fautes en coup droit, pour offrir deux balles de set au Parisien à 5-4. Alors, un passing de Monfils viendra caresser la ligne de fond. Verdict de l'arbitre de chaise : jeu et set pour le n°15 mondial (6-4). Du pouce, Roger Rasheed indiquait à son protégé de poursuivre dans cette voie-là (14 coups gagnants et 5 fautes directes pour Monfils dans le 2e set). Et Monfils continuait de bien défendre, d'aller chercher ses points quand il le fallait, en n'oubliant pas de s'en octroyer quelques-uns gratuits sur son service. Et pendant qu'Isner se fâchait avec son coup droit, et même un peu avec son service (seulement 51% de premières balles dans le 3e), on vit le Français sourire après une volée improbable réussie par Isner. Un avantage visuel qu'il restait à confirmer au score. Il faudra attendre le dixième jeu de cette troisième manche, qui la résumera assez bien. Une faute d'Isner en coup droit, puis une grosse défense et un passing gagnant de Monfils pour s'offrir deux balles de match. Une seule suffira (6-4). "Je me suis bien concentré. J'ai bien réussi à retourner aujourd'hui, et ça m'a bien aidé aujourd'hui. Le public m'a soutenu et mis un peu de pression sur Isner à 5-4", pouvait apprécier Monfils, pas mécontent de son coup. Pas mécontent aussi de son niveau de jeu, tout comme de celui de ses compères Tsonga et Simon. "En finale dimanche, ce sera soit moi, soit Jo, soit Gilles. On est potentiellement sélectionnables en Coupe Davis, c'est bien pour l'équipe de France", disait Monfils avant de connaître le score de Tsonga-Simon. En demi-finales, on aura finalement droit à un duel entre les deux meilleurs joueurs français. Guy Forget risque d'apprécier.