Loeb en terrain conquis

  • A
  • A
Loeb en terrain conquis
Partagez sur :

RALLYE - Sébastien Loeb pourrait remporter ce week-end, chez lui en Alsace, son septième mondial.

Cinquième au Japon il y a trois semaines, Sébastien Loeb s'est alors payé le luxe de reprogrammer son septième sacre mondial annoncé pour sa venue en Alsace, ce week-end, dans le cadre du rallye de France. A trois courses du verdict, le pilote Citroën n'est plus qu'à une victoire du titre, et le double chevron n'est guère plus distant de la consécration au championnat constructeurs. Or, sur l'asphalte alsacien, nul ne semble en mesure de rivaliser. Ce n'est jamais gagné d'avance, Sébastien Loeb et sa modestie légendaire ne vous diront pas le contraire. Il n'empêche que le contexte n'a jamais semblé aussi favorable à celui qui compte déjà six étoiles à son palmarès. Crédité de 43 points d'avance sur son premier dauphin Sébastien Ogier, 69 sur Jari-Matti Latvala, le roi du WRC court ce week-end à domicile, sur les routes de son Alsace natale, avec une septième couronne mondiale à portée de roues. Un septième titre consécutif qui s'est refusé à sa C4 au Japon il y a trois semaines, faute de rythme, faute de réussite, faute, peut-être et inconsciemment, de réelle motivation. "Une cinquième place, ce n'est pas satisfaisant. Mais cela ne m'inquiète pas, car je n'ai jamais été très compétitif au Japon", balaie aujourd'hui Sébastien Loeb, bien remis de sa première mise à l'écart du podium depuis le rallye de Pologne 2009 et conscient que sa plus belle chance reste à venir. "Le point positif, c'est que ce rallye nous a rapporté les points qui nous permettent désormais d'être maîtres de notre destin. Si nous remportons un des trois derniers rallyes, nous serons champions du monde", analyse-t-il dans un communiqué estampillé Citroën, avant de s'imaginer sacré sur ses terres: "Ce serait un moment magique !" "Mais pour arriver à cela, le rêve et la magie n'auront pas leur place, se reprend-il. Il faudra être le plus rapide face à des adversaires dont la motivation sera sans doute décuplée ! Il va y avoir beaucoup d'attente de tous ceux qui seront présents et l'enjeu est important pour Citroën: tout cela contribue aÌ ajouter de la pression. Et il faudra bien la gérer." Outre le titre pilotes promis à Sébastien Loeb en cas de 60e victoire personnelle et partagée avec Daniel Elena - la sixième du tandem cette saison - le double chevron aura en effet l'occasion d'écrire une sixième ligne à son palmarès en tant que constructeur WRC. L'asphalte pour meilleure alliée A charge pour Ford de retarder ce qui paraît à ce jour inéluctable, alors que Citroën compte 95 longueurs d'avance. Dimanche, le duo Hirvonen-Latvala devra ainsi valider 10 points de plus que la doublette Loeb-Sordo (seuls les rallyes de Suède et de Nouvelle-Zélande ont accouché de tels scenarii en 2010) pour contrecarrer les plans du team français. Pas une mince affaire. D'autant que Dani Sordo, de retour au sein de la structure officielle des rouges - asphalte oblige - promet d'apporter son écot à la cause du double chevron. "Je vise comme d'habitude une place sur le podium. Après quelques spéciales, nous verrons s'il est possible d'envisager la plus haute marche", annonce l'Espagnol, deuxième des deux rallyes bitumés jusqu'alors disputés, en Bulgarie et en Allemagne. "Envisager la plus haute marche", soit faire de l'ombre à Sébastien Loeb, la tâche ne sera assurément pas facile. Exception faite du Monte Carlo 2006, jugé mixte car recouvert de portions glacées à l'époque, le sextuple champion du monde reste sur 17 succès de rang sur asphalte, entre les rallyes d'Allemagne 2005 et 2010, et a acquis 26 de ses 59 victoires sur ce revêtement. "C'est une sacrée pression ! Vu mon taux de réussite sur cette surface, tout le monde s'attend aÌ ce que je m'impose avec faciliteì, s'exclame le local de l'étape. Pourtant, ce rallye ne sera pas plus facile que les autres. Bien au contraire, c'est un parcours inédit, avec des routes globalement rapides qui concentrent bon nombre des difficultés que nous rencontrons habituellement sur asphalte." Entre passages à travers les vignes et les forêts et détour par un camp militaire, celui de Bitche en l'occurrence, le rallye d'Alsace a néanmoins épousé les traits de son grand frère allemand. Or outre-Rhin, Sébastien Loeb est tout bonnement imbattable (huit triomphes en autant de participation). La dernière spéciale se courra qui plus est dans son fief, à Haguenau, sur des courbes qu'il connait par coeur. Toutes les conditions semblent donc réunies pour que la fête soit belle, dimanche, sur le parvis du Parlement européen. Le programme de la première étape