Lille, champion de France

  • A
  • A
Lille, champion de France
@ REUTERS
Partagez sur :

LA L1 EN UN CLIC – En décrochant un match nul (2-2) à Paris, le LOSC a remporté le titre.

Contrat rempli. Les hommes de Rudi Garcia n’avaient besoin que d’un petit point pour être sacrés champion de France. Le LOSC a fait ce qu'il fallait. Une semaine après avoir battu Paris en finale de la Coupe de France, les Lillois ont tenu bon à Paris. Un match (2-2) et aucune ambigüité pour le titre. Le LOSC version 2011, un très beau champion. A lire : Le champion, c'est bien Lille

65 ans après. Une semaine de bonheur pour les supporters du LOSC. Après avoir soulevé la Coupe de France samedi dernier au Stade de France, les Lillois ont offert un deuxième titre à leurs supporters. Le dernier doublé du LOSC remontait à... 1946.

Obraniak, 930

© REUTERS

Obraniak récidive. C’est déjà lui qui avait marqué l’unique but lors de la finale de la Coupe de France, samedi dernier. Ludovic Obraniak aime jouer contre le PSG. Après un superbe coup franc enroulé au Stade de France, il a récidivé sur une grosse frappe tendue du pied gauche. Simple mais efficace.

Kombouaré, mauvais joueur. L’entraîneur parisien n’a pas vraiment apprécié l’expulsion de Guillaume Hoarau, en début de seconde période. Si le carton rouge était un peu dur pour le Réunionnais, la colère de Kombouaré, elle était totalement injustifiée. Le coach du PSG est même allé voir Rudi Garcia pour lui signifier son mécontentement. Un geste d’énervement qui rappelle étrangement le manque de fair-play des Madrilènes et des Barcelonais lors des derniers Clasicos.

Bye bye Coupet et Makelele. Juste avant le début de la rencontre entre Paris et Lille, Grégory Coupet et Claude Makelele ont étaient applaudi pendant de longues minutes par le public parisien. Les deux cadres du PSG ont joué leur dernière rencontre au Parc des Princes. Et pour cause, les deux hommes ont décidé d’arrêter leur carrière à la fin de la saison.

Aucun regret pour l'OM. Les Marseillais n'auront aucun regret. Au Stade Vélodrome, les Phocéens devaient s'imposer et espérer un faux pas des Lillois. Les joueurs de Didier Deschamps n'ont même pas rempli leur part du contrat en concédant un match nul (2-2) contre Valenciennes. A lire : L'OM dépose les armes

Puel démission, 930

© REUTERS

Des banderoles anti-Puel. Pour le dernier match de la saison à Gerland, les supporters lyonnais n’ont pas fait les choses à moitié. Plusieurs banderoles ("Puel démission", "entre ton public et ton coach, il va falloir choisir", "on voulait des titres, on n'est pas des pitres"), des chants réguliers et des insultes. Le tout dirigé contre l’actuel entraîneur de l’OL, Claude Puel. Même s’il ne devrait pas entraîner les Gones la saison prochaine, les supporters ont tenu à manifester jusqu’au bout leur mécontentement. A lire : Lyon n'avait pas le bon costume

Le but le plus rapide. Moins de 30 secondes de jeu pour entendre la petite musique du multiplex de Canal +. C’est Mouloungui qui a ouvert le score pour Nice face à Lorient. Après une très belle ouverture de Coulibaly, la défense bretonne s’emmêle les pinceaux et laisse l’attaquant niçois seul face à Cappone. Avec un plat du pied du gauche, Mouloungui a marqué le but le plus rapide de la saison.

Encore du suspense. Si le titre est déjà joué, la lutte pour le maintien, elle, n'a pas encore livré son verdict. Malgré sa victoire à Montpellier (1-0), Monaco est encore relégable à l'issue de la 37e journée. Grâce à son succès (2-0) à Rennes, Nancy est sorti de cette zone rouge. Mais tout est encore possible. Entre les Monégasques, 18e, et les Auxerrois, 12e, il n'y a que deux points...

Un match pour du beurre. Les supporters Lensois avaient décidé de bouder la dernière rencontre de la saison au stade Félix-Bollaert. Certains ultras ont quand même voulu assister au dernier match à domicile de Lens en Ligue 1. Un dernier acte qui a viré au cauchemar pour les Sang et Or avec une défaite (1-0) contre la lanterne rouge, Arles-Avignon.