Les Vikings baissent pavillon

  • A
  • A
Les Vikings baissent pavillon
Partagez sur :

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Avec, lors de la cinquième journée, le nouveau faux pas des Vikings, battus par les Jets (20-29) et la bonne performance des Raiders, tombeurs des Chargers (35-27). A noter qu'il n'y a plus d'équipe invaincue, les Chiefs ayant été dominés par les Colts (19-9).

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Avec, lors de la cinquième journée, le nouveau faux pas des Vikings, battus par les Jets (20-29) et la bonne performance des Raiders, tombeurs des Chargers (35-27). A noter qu'il n'y a plus d'équipe invaincue, les Chiefs ayant été dominés par les Colts (19-9). LE FLOP : Minnesota Vikings "Je crois que tous ceux qui nous ont regardés jouer ont vu une équipe qui devrait être à 3-1 ou 4-0..." Favre est amer. Et il y a de quoi. Les Vikings, qui rêvent d'accéder au Super Bowl pour offrir à leur quarterback quadragénaire une sortie digne, sont très mal partis cette saison. Troisièmes de la NFC North, ils n'ont remporté qu'un match contre trois défaites, la dernière en date remontant à lundi soir face aux New York Jets (20-29), lors de la cinquième journée de la saison régulière de NFL. Un faux pas que les Vikes auraient peut-être pu éviter si leur vieillissant stratège n'avait pas subi une interception à 26 yards de sa zone d'en-but à 1'30" de la fin, qui a permis à Lowery de filer en terre promise et délivrer les siens. "J'aurais préféré gagner ce match, a commenté Favre (14/34, 2264 yards, 3 TD, 1 int) sur ESPN après la rencontre. Mais j'ai raté quelques passes, notamment sur ce dernier drive, que je pense pouvoir faire en dormant." LE TOP : Oakland Raiders Abonné aux bas fonds des classements depuis plusieurs saisons, Oakland a réalisé ce week-end une performance de premier ordre en dominant San Diego (35-27), éternel candidat au Super Bowl. Un succès qui permet aux Raiders de revenir à hauteur des Chargers dans la division AFC West, avec deux victoires et trois défaites au compteur, mais aussi de mettre un terme à une série de treize revers de rang contre eux. "Ça signifie beaucoup, a réagi Campbell (13/18, 159 yards, 1 TD). J'ai dit aux gars: 'Vous n'avez pas abandonné !' Eux m'ont répondu que peut-être, les années précédentes, ils auraient lâché. Mais cette fois, ils ne l'ont pas fait." Dominés, les Californiens s'en sont sortis grâce à une grosse défense, en témoignent les deux touchdowns signés Eugene, sur un punt contré à cinq yards de la ligne, et Branch, sur un retour de fumble de 64 yards. Le bon match de Rivers (27/42, 431 yards, 2 TD, 114,3 de rating) n'y aura rien changé. LE JOUEUR : Max Hall (Arizona Cardinals) L'une des grosses surprises de ce week-end est venue de Glendale. Non seulement parce que les Cardinals se sont payé les Saints, champions en titre (30-20). Mais aussi parce qu'Arizona était drivé pour cette rencontre par Max Hall, un quarterback qui n'avait même pas été drafté cet été et qui effectuait là ses débuts dans la grande ligue. Des débuts réussis, donc, même s'il n'a pas trouvé l'un de ses receveurs dans la zone d'en-but adverse et s'il a été intercepté une fois (17/27, 168 yards, 0 TD, 1 int). "Je ne dois plus faire ces erreurs, mais je pense que les gars me font confiance et se disent en me regardant qu'ils ont une chance de gagner", a-t-il commenté après-coup. Les Cards, leaders de la division NFC West avec trois succès en cinq rencontres, ont peut-être trouvé plus vite que prévu le successeur de l'emblématique Kurt Warner, tout jeune retraité. A confirmer sur la durée. LA STAT : 1970 Aucune équipe invaincue après cinq journées: cela faisait trente ans que la NFL n'avait pas connu ça. En 1970, Denver, Detroit et Los Angeles avaient remporté leurs trois premiers matches avant de s'incliner. Cette année, c'est Kansas City qui a craqué. La faute à Indianapolis, finaliste malheureux de la saison 2009-10, qui l'a emporté en toute logique (19-9). Les Chiefs n'ont pas trop à s'en vouloir, leur début de parcours étant déjà presque inespéré. "Nous sommes une équipe en transition qui essaie de devenir une bonne équipe et on n'y est pas encore, a constaté le coach Todd Haley. Si on avait gagné ce match, j'aurais dit la même chose. Etre bon, ça se mesure sur nettement plus que quatre matches. Mais on évolue et on est en progrès." Seulement trois points derrière à cinq minutes de la fin, les partenaires de Cassell (16/29, 156 yards) n'ont pas su forcer le verrou des Colts et se sont inclinés sur un touchdown à la course de Hart. Loin d'être ridicule. LA PHRASE : "On ne peut pas gagner en perdant autant de ballons", Michael Crabtree (San Francisco 49ers) Cinq, c'est le nombre de défaites en autant de matches subies par les 49ers, l'une des trois dernières équipes encore vierges cette saison avec les Buffalo Bills et les Carolina Panthers. Celle concédée ce week-end face à Philadelphia n'a a priori rien de honteux tant les Eagles sont, sur le papier, supérieurs. Mais cette spirale négative pose problème pour une franchise que beaucoup voyaient au sommet de la division NFC West. San Francisco, qui peut en vouloir à Smith (25/39, 309, 3 TD, 2 int) d'avoir perdu trois ballons, signe son plus mauvais début d'exercice depuis trente-et-un ans. Gore, le running-back des Niners, n'est pas non plus exempt de tout reproche avec seulement 52 yards gagnés et deux fumbles à son actif. "On ne peut pas gagner en perdant autant de ballons", a déploré Crabtree, auteur de neuf réceptions pour 105 yards. Comme le dit le coach Mike Singletary: "On s'est mis nous-mêmes dans cette situation, à nous de nous en sortir." Et vite, si possible...