Les Blacks relancent la machine

  • A
  • A
Les Blacks relancent la machine
Partagez sur :

Quadruple tenante du titre, la Nouvelle-Zélande a entamé le Tri Nations 2009 par une victoire contre l'Australie samedi à Auckland (22-16). Comme prévu, le retour de Richie McCaw a fait le plus grand bien à des Blacks poussifs mais de nouveau dans le coup.

Quadruple tenante du titre, la Nouvelle-Zélande a entamé le Tri Nations 2009 par une victoire contre l'Australie samedi à Auckland (22-16). Comme prévu, le retour de Richie McCaw a fait le plus grand bien à des Blacks poussifs mais de nouveau dans le coup. Les All Blacks n'ont que deux raisons de se satisfaire, à défaut de se réjouir, de leur victoire sans éclat contre l'Australie samedi à Auckland en ouverture du Tri Nations 2009 : ils conservent leur première place au classement IRB, laquelle était menacée en cas de défaite, et entament la défense de leur quadruple couronne par un succès qui vaut malgré tout quatre points. Pourtant le succès de la Nouvelle-Zélande tient plus au manque de réalisme des Wallabies qu'à la combativité retrouvée de ses joueurs, guidés par l'inflexible Richie McCaw qui aura remis les siens à l'endroit au coeur d'une première période qui aurait pu virer au cauchemar.Car il ne faut en effet que cinq minutes aux Australiens pour comprendre que cette équipe néo-zélandaise s'avance sans repère dans ce Tri Nations. Une première incursion dans les 22 adverses d'Ashley-Cooper suivie d'un relais de Moore, envoie Barnes à l'essai (5e, 0-5). Après avoir assuré la transformation, Giteau ajoute trois points de plus suite à une intervention illicite de Hore dans un regroupement (9e, 0-10). L'effet McCawLes All Blacks sont à la peine. Et Stephen Donald, malgré la réduction du score (16e, 3-10), l'est tout autant. Giteau lui répond dans la foulée après un hors-jeu de McCaw (21e, 3-13). Vexé, le capitaine néo-zélandais se rachète rapidement en concrétisant le premier véritable temps fort de son équipe qui, grâce à des percussions de Sivivatu puis So'Oialo suite à une touche dans les 22 australiens, a mis la défense des Wallabies au supplice (26e, 10-13).Donald est bien là à l'entame de la seconde période pour faire ce qu'il fait de mieux : enquiller les pénalités à défaut de peser sur le jeu de son équipe. Trois pénalités au retour des vestiaires, contre une à son homologue australien, permettent aux Blacks de passer devant (61e, 19-16).Le match a tourné et Donald s'offre une dernière pénalité, celle de la victoire, pour une faute de Moore (72e, 22-16). Pas de quoi malheureusement faire oublier l'ombre omniprésente de Dan Carter dont on dit qu'il pourrait faire son retour à la compétition lors de ce Tri Nations...