Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Si la rencontre Le Mans-Le Havre ne sera jouée que mardi, la première journée de Pro A a livré ce week-end ses premiers enseignements. Parmi les faits marquants, la victoire de Paris-Levallois sur l'Asvel dans le sillage d'un Andrew Albicy assez phénoménal. Phénoménal, Tremmel Darden l'a aussi été pour aider Nancy à doucher les ambitions de Gravelines. Enfin pour Pau-Lacq-Orthez, le retour parmi l'élite a été cauchemardesque à Cholet.

Si la rencontre Le Mans-Le Havre ne sera jouée que mardi, la première journée de Pro A a livré ce week-end ses premiers enseignements. Parmi les faits marquants, la victoire de Paris-Levallois sur l'Asvel dans le sillage d'un Andrew Albicy assez phénoménal. Phénoménal, Tremmel Darden l'a aussi été pour aider Nancy à doucher les ambitions de Gravelines. Enfin pour Pau-Lacq-Orthez, le retour parmi l'élite a été cauchemardesque à Cholet. LE TOP : Paris-Levallois Dijon l'avait fait l'an passé, et ce à l'Astroballe, cette saison c'est le Paris-Levallois qui a fait chuter le plus gros budget de France, dès l'ouverture de la Pro A. Et les joueurs de la capitale n'ont pas volé leur victoire contre une Asvel dont les limites du banc risquent assez vite de plomber leurs ambitions de reconquête. Le PL, qui retrouvait à cette occasion son artificier Angel Daniel Vassallo passé dans le camp d'en face à l'intersaison, a maitrisé la rencontre d'un bout à l'autre, comptant même jusqu'à 23 points d'avance à deux minutes du terme pour finalement remporter avec 17 longueurs d'avance (85-68). Dans le sillage d'un Andrew Albicy en feu (voir La Stat), les hommes de Jean-Marc Dupraz confirment leur bonne saison dernière quand, promus, ils avaient atteint les play-offs. Et l'apport des trois recrues US, Sommerville, Noel et Wright, déjà incisives dimanche, font monter la cote d'un ensemble amené à jouer les poils à gratter au sein d'un championnat plus resserré que jamais. LE FLOP : Pau-Orthez Pour son retour dans l'élite, après un an de purgatoire en Pro B, Pau-Lac-Orthez a pris un gros éclat vendredi soir dans le «match des champions» à Cholet (51-89). Si le club du Béarn n'a pas vocation à jouer dans la même cour que le tenant du titre, la baffe reçue à la Meilleraie (-38 !) n'est pas de nature à donner confiance à l'aune d'une saison où le maintien est l'objectif principal. Reste que l'écart de niveau entre les deux équipes est à nuancer puisque les champions de Pro B avaient fait le déplacement dans les Mauges sans quatre cadres (Mike Bauer, Travor Bryant, Georgi Joseph et Marko Maravic) et proposaient un cinq majeur avec trois joueurs de l'équipe de N2 ! Les jeunes Mickaël Var, Fred Morency et Tanguy Ramassamy n'ont pas démérité mais l'ensemble palois était bien trop juste pour espérer un retour triomphal dans l'élite. La réception du Mans vendredi prochain ne s'annonce pas non plus évidente. LE JOUEUR : Tremmel Darden (Nancy) 17 points-18 rebonds. Pas dit qu'un joueur ne s'approche aussi près d'un double double-double cette saison en Pro A. Tremmel Darden est sorti de sa boîte dès la première journée samedi en réussissant une performance énorme et très utile à Nancy pour se sortir des griffes de Gravelines (78-70). Cet ailier bondissant de 28 ans, capable de capter 18 rebonds, dont 5 offensifs, malgré son mètre 94 n'a pas soufflé une seule minute tant son rendement a plu à Jean-Luc Monschau. L'ancien Strasbourgeois pourrait devenir l'une des pièces angulaires de l'effectif lorrain cette saison. LA STAT : 28 d'évaluation en 28 minutes Deux joueurs ont réussi une évaluation de 28 ce week-end : Tremmel Darden et Andrew Albicy. Mais si l'extérieur du Sluc a passé 40 minutes sur le parquet, le meneur du PL est lui sorti du banc pour un total de 28 minutes. Avec 21 points, 8 passes décisives, 2 rebonds, une interception et seulement un ballon perdu, le meneur de jeu international a prouvé sa rentabilité à Jean-Marc Dupraz. A ce rythme-là, le jeune prodige du club parisien devrait vite intégrer le cinq majeur. LA PHRASE : "On donne le bâton pour se faire battre", Vincent Collet (Asvel) Une élimination en barrages de l'Euroligue, une défaite à Paris pour lancer le championnat, Villeurbanne commence la saison aussi mal que l'an dernier. "Le seul regret du match concerne le 1er quart-temps, tempère pourtant Vincent Collet sur le site officiel du club rhodanien. Nous aurions dû creuser un écart lors ces dix premières minutes. Nous avons compté jusqu'à sept points d'avance grâce à l'apport de Jefferson. A partir de ce moment-là, on donne le bâton pour se faire battre. Le match est ensuite terminé. On a une équipe qui a la niaque, qui est déterminée en défense, et une autre qui bouge mollement. On a été submergé. On s'est liquéfié au fur et à mesure de la rencontre. Nous n'avons pas su profiter de nos derniers matchs en Euroligue qui avaient été plutôt encourageants en termes de dureté." Reconduit à la tête des Verts malgré les piètres résultats, le sélectionneur de l'équipe de France ne bénéficiera sans doute pas d'autant de clémence si le champion de France 2009 continue de plonger dans l'anonymat de la Pro A.