Le Tour d'Europe en ballon

  • A
  • A
Le Tour d'Europe en ballon
Partagez sur :

Chaque début de semaine, notre rédaction effectue un tour d'horizon des faits marquants observés dans les grands championnats du football européen lors du week-end écoulé. Cette fois, focus sur les retours en grâce de Kaka, grand artisan du succès madrilène à Valence (3-6), Fernando Torres, buteur après 732 minutes de disette avec Chelsea. Il est également question de Malaga, qui sort enfin de la zone rouge. Naples hérite en revanche du bonnet d'âne.

Chaque début de semaine, notre rédaction effectue un tour d'horizon des faits marquants observés dans les grands championnats du football européen lors du week-end écoulé. Cette fois, focus sur les retours en grâce de Kaka, grand artisan du succès madrilène à Valence (3-6), Fernando Torres, buteur après 732 minutes de disette avec Chelsea. Il est également question de Malaga, qui sort enfin de la zone rouge. Naples hérite en revanche du bonnet d'âne. LE JOUEUR : Kaka On avait presque fini par croire qu'il ne faisait plus partie de l'effectif madrilène. Laissé sur le banc lors des deux premiers Clasicos face au FC Barcelone, Kaka a profité du turnover opéré par José Mourinho face à Valence pour participer activement à la belle fête madrilène (victoire 6 à 3). Le meneur de jeu brésilien, qui a raté une bonne partie de la saison en raison d'une blessure à une genou, s'est rappelé au bon souvenir de ceux qui l'avaient élu Ballon d'Or en 2008 en inscrivant un doublé majuscule, en plus de deux caviars offerts à Gonzalo Higuain. Sa deuxième réalisation, enchaînement petit pont-frappe, renvoya même au Kaka des années milanaises, celui dont la classe n'avait pratiquement pas d'égal en Europe. "J'avais besoin d'une occasion comme celle-là. Je veux remercier tous mes coéquipiers, qui m'ont tout le temps soutenu," a admis l'ancien milanais sur le site Internet du Real Madrid. Voilà une nouvelle option offensive pour Mourinho dans l'optique de la demi-finale de Ligue des champions contre Barcelone. "Nous avons besoin de Kaka. Il a fait un match fantastique dans une position qui me plaît beaucoup. C'est très bien pour sa confiance, et maintenant il nous reste six ou sept matches dans lesquels nous aurons besoin du meilleur Kaka." LE FLOP : Naples Et voilà l'AC Milan qui file incognito vers son premier Scudetto depuis 2004. S'ils abordent ce sprint final en toute sérénité, les Rossoneri le doivent à eux-mêmes bien sûr mais aussi aux contre-performances de leurs poursuivants, à commencer par celles du Napoli, loué depuis le début de saison pour son enthousiasme débordant et son réalisme pragmatique mais au point mort depuis deux rencontres. Déjà défaits par l'Udinese dimanche dernier (1-2), les coéquipiers d'Edinson Cavani ont encore cédé, et de manière beaucoup plus inquiétante, face à Palerme (2-1), ce week-end. Une mauvaise opération comptable pour les Napolitains, désormais à neuf points du leader milanais, et qui se sont même fait chiper la deuxième place par l'Inter, vainqueur dans le même temps de la Lazio (2-1). Pourtant, rien n'avait été laissé au hasard en Campanie puisque les compagnes des joueurs avaient été priées de remiser les scènes de ménage pour l'après-fin de saison par l'épouse du propriétaire du club, Jacqueline De Laurentiis. Chacune d'entre elles avait en effet reçu un document, rédigé dans leur langue maternelle, leur rappelant leurs obligations envers leurs compagnons. Ces derniers ont en revanche oublié les leurs. LE TOP : Malaga Manchester United et l'AC Milan, plus que jamais en route vers le titre ? Pas assez démonstratif. La partie de tennis du Real avec une équipe bis contre Valence ? Trop déséquilibrée. La résistance de Leverkusen au sacre promis à Dortmund depuis des mois ? Trop inconstante. Non, la bonne surprise du week-end est venue du bas de tableau en Espagne. Car critiquer la présence de Malaga, seulement seizième de Liga, dans ce TOP serait oublier d'où revient la formation de Manuel Pellegrini. Déjà promis à la deuxième division et complètement "à la rue" en mars dernier après un lourd revers sur la pelouse du Real Madrid (7-0), l'ancienne lanterne rouge du championnat espagnol s'est refait la cerise au cours du printemps, où ses efforts financiers au mercato hivernal semblent enfin payer. Une semaine après sa large victoire sur Majorque (3-0), le club andalou a récidivé en s'imposant à Santander (1-2), grâce à des réalisations signées Julio Baptista et Sebastian Fernandez. Une bonne opération dans l'optique du maintien puisque Malaga s'offre une petite bouteille d'oxygène avec désormais trois points d'avance sur le premier relégable, l'Hercules d'Alicante de David Trezeguet. LA STAT : 732 C'est le nombre de minutes qu'il aura fallu attendre avant de voir la première réalisation de Fernando Torres sous le maillot de Chelsea. Recruté pour 58 millions d'euros en janvier dernier, soit le transfert le plus onéreux du football anglais, l'attaquant espagnol, entré en jeu à un quart d'heure de la fin du match, a inscrit le deuxième but des Blues lors de la victoire enregistrée face à West Ham (3-0), dimanche. L'explosion de joie qui suivit cet amour de frappe enroulée fut à la hauteur des attentes des dirigeants londoniens, qui désespéraient de voir leur recrue hivernale errer comme une âme en peine sur les pelouses britanniques. "Vous pouvez imaginer que ce que je ressens après avoir attendu 14 matches pour un but. Ce ne sont pas les débuts que j'attendais lorsque j'ai signé ici. Mais désormais, il y aura moins de pression sur moi," confiait l'ex de Liverpool sur ESPN. Du coup, El Nino, remplaçant lors des trois derniers matches, pourrait être associé à Didier Drogba jusqu'à la fin de la saison dans un système à deux attaquants. LA PHRASE : "Je crois que le Bayern veut semer le trouble", Mirko Slomka, entraîneur d'Hanovre A la lutte pour la troisième place de la Bundesliga, synonyme de strapontin pour le tour préliminaire de la prochaine Ligue des champions, Hanovre (3e) et le Bayern Munich (4e) s'activent également en coulisse pour prendre un ascendant psychologique d'ici la fin de la saison. Mirko Slomka, entraîneur de la révélation allemande de l'exercice, accuse en effet le multiple champion national de vouloir perturber son effectif en évoquant publiquement son intérêt pour l'attaquant ivoirien Didier Ya Konan, meilleur buteur d'Hanovre avec 13 réalisations. "Je prends ce genre de chose au sérieux, je crois que le Bayern veut semer le trouble. Cela ne nous impressionne pas. Nous sommes contents de faire jeu égal avec le Bayern et de continuer à leur mettre la pression", a assuré Slomka dans les colonnes du journal Bild am Sonntag. Une version germanique du combat entre David et Goliath.