Le torchon brûle entre Furlan et Strasbourg

  • A
  • A
Le torchon brûle entre Furlan et Strasbourg
Partagez sur :

Privé de montée en ligue 1 par Montpellier lors de l'ultime journée de Ligue 2, le Racing Club de Strasbourg peine à digérer cet échec. Le président du club alsacien Philippe Ginestet a annoncé avoir entrepris une procédure de licenciement à l'encontre de l'entraîneur Jean-Marc Furlan, qui refuse de renoncer à sa dernière année de contrat.

Privé de montée en ligue 1 par Montpellier lors de l'ultime journée de Ligue 2, le Racing Club de Strasbourg peine à digérer cet échec. Le président du club alsacien Philippe Ginestet a annoncé avoir entrepris une procédure de licenciement à l'encontre de l'entraîneur Jean-Marc Furlan, qui refuse de renoncer à sa dernière année de contrat.Ce n'est une surprise pour personne, Jean-Marc Furlan ne s'assiéra pas sur le banc du Racing Club de Strasbourg l'année prochaine en Ligue 2 après avoir échoué à la dernière journée dans sa quête de remontée. Mais, alors que l'on aurait pu s'attendre à une séparation à l'amiable, c'est finalement à un divorce en règle et avec règlements de compte auquel on assiste aujourd'hui. Au point que Philippe Ginestet, le président du Racing, a engagé une procédure de licenciement à l'encontre de son entraîneur."Compte tenu du non-respect des engagements pris et des propos inadmissibles tenus par Monsieur Furlan, le dossier a pris une tournure administrative et se trouve désormais dans les mains du Directeur général du club, Jean-Luc Herzog", a annoncé l'investisseur immobilier, rapporte le quotidien régional L'Alsace sur son site internet. Ce dernier reproche au Libournais de revenir sur sa parole donnée. En janvier dernier, Furlan avait en effet convenu avec son président qu'il partirait en s'asseyant sur sa dernière année de contrat en cas d'échec dans la course à la remontée. Aujourd'hui, il refuse de renoncer à ses indemnités.Furlan: "Je ne vois pas pourquoi je respecterais ma parole"Jacques Crouzel, son conseiller, rapporte ses motivations dans les colonnes de L'Alsace. "Jean-Marc m'a dit : «J'ai tellement avalé de couleuvres depuis deux ans, avec des joueurs qu'on m'a imposés et dont je ne voulais pas, que j'en ai ras-le-bol. J'ai tellement été floué et méprisé dans ce club que je ne vois pas pourquoi je respecterais ma parole. Si le président veut un débat médiatique, il l'aura, mais je pense que je m'en sortirai beaucoup mieux que lui. J'ai des arguments pour le faire vaciller.»"Il n'en fallait pas plus à Philippe Ginestet, peu reconnu pour son sens du relationnel, pour lancer la procédure de licenciement. Une lettre recommandée avec accusé de réception va donc être envoyée dans les prochaines heures à Jean-Marc Furlan qui sera convoqué, peut-être dès la semaine prochaine, à un entretien préalable à un licenciement pour faute grave. En attendant les deux parties ont un avenir à assurer: Strasbourg se cherche un nouvel entraîneur et Furlan une nouvelle destination.