Le Top 10 des transferts foireux

  • A
  • A
Le Top 10 des transferts foireux
@ Montage Reuters
Partagez sur :

Le mercato est ouvert jusqu'au 31 janvier. Europe1.fr liste pour vous les pires transferts.

1 - Nicolas Anelka : un retour complètement raté

Trois ans après son départ, Anelka revient dans son club formateur en 2000. Le PSG casse sa tirelire et aligne 35 millions d'euros pour l'enrôler. Il vient de remporter l'Euro avec la France et sa mauvaise saison au Real Madrid est très vite oubliée par les fans parisiens. Des buts, il en marquera quelques uns mais beaucoup trop irrégulièrement. Son retour est aussi marqué par des tensions incessantes avec son coach, Luis Fernandez. En décembre 2001, il met un terme au désastre en partant à Liverpool.

2 - Fernando Morientes : Monaco oui, Marseille pas vraiment

La Ligue 1 en gardait un très bon souvenir. Après une carrière incroyable au Real Madrid, Fernando Morientes passe une saison à Monaco. Avec Ludovic Giuly et Shabani Nonda, Monaco accède à la finale de la Ligue des champions. Morientes est magique mais il repart au Real. En 2009, quand Didier Deschamps évoque son nom comme nouveau joker de l'attaque marseillaise, le public phocéen s'emballe. Une saison fantomatique plus tard, il met un terme à sa carrière…

3 - Patrick Kluivert : la vieille gloire

L'attaquant hollandais a fait les beaux jours de très nombreux clubs européens (Ajax Amsterdam, Milan AC, FC Barcelone, etc.). Quand il signe à Lille en août 2007, la Ligue 1 croit trouver une nouvelle attraction. Mais Patrick Kluivert n'est plus qu'une vieille gloire du football européen. Il perd 15 kilos et fait beaucoup d'efforts pour retrouver son meilleur niveau. En vain. Seulement quatre buts en une saison. Un vrai flop.

4 - Severino Lucas : l'inconnu qui valait des millions

Severino comment ? Severino Lucas, un jeune Brésilien de 20 ans sur lequel les dirigeants rennais misent énormément à l'été 2000. Ils signent un chèque de 21 millions d'euros pour le faire venir du Brésil où on le considère déjà comme l'un des successeurs de Ronaldo. On ne sait toujours pas si se sont les embruns ou les galettes bretonnes qu'il n'a pas appréciés, toujours est-il qu'il n'est jamais arrivé à s'imposer en deux saisons et demie. Il dispute 72 matches et marque à… cinq reprises. Il retournera ensuite au Brésil avant de s'exiler au Japon.

5 - Kader Keita : la bafouille lyonnaise

A Lille, l'Ivoirien transperce toutes les défenses de Ligue 1. Jean-Michel Aulas saute sur l'occasion et moyennant 18 millions d'euros, Kader Keita devient lyonnais en août 2007. Très rapidement pris en grippe par le public, il va souvent cirer le banc des remplaçants. Pour lui aussi, les statistiques ne plaident pas en sa faveur. Seulement six buts pour 70 matches chez les Gones. En 2009, il teste le club turc de Galatasaray pendant six mois avant de s'offrir une retraite dorée au Qatar.

6 - André-Pierre Gignac : du retard à l'allumage

A Toulouse, chaque ballon touché se transforme en "patate" dans la lucarne. Il devient même meilleur buteur de Ligue 1 en 2009 avec 24 buts. Dans la presse, on ne l'appelle plus André-Pierre Gignac mais APG. Bref, une star est née et Marseille l'achète l'été dernier pour 15 millions d'euros. Un seul petit but en championnat et un triplé en Ligue des champions mais contre le modeste club slovaque Zilina… Encore un joueur qui n'a pas digéré le mondial en Afrique du Sud.

7 - José Luis Chilavert : quelques kilos en trop

La France gardait un souvenir indélébile du gardien de but paraguayen. Au Mondial 1998, les attaquants français ont eu toutes les peines du monde à le battre en huitièmes de finale. Et puis, "Chila" était le seul gardien connu à marquer des coups francs et des pénaltys. Mais à son arrivée à Strasbourg en 2000, Chilavert n'est plus vraiment le même. Il a pris du poids et n'est plus aussi infranchissable qu'avant. Après plusieurs bourdes mémorables, il retourne en Amérique du Sud pour terminer sa carrière.

8 - Mateja Kezman : la risée du PSG

Après de longues négociations avec le club turc de Fenerbahçe, il signe au PSG en 2008 pour 4 millions d'euros. Mateja Kezman a tout pour être le nouveau chouchou du public parisien : un caractère bien trempé et un vrai sens du buteur. Deux saisons et demie plus tard, le bilan est catastrophique : très peu de buts, des désaccords avec ses dirigeants et un coup de folie l'année dernière où il jette son maillot sur le terrain.

9 - Christian Vieri : le flop monégasque

Après plus de treize saisons passées en Italie, Christian Vieiri veut tenter sa chance en France. Il signe à l'AS Monaco en 2006 et tout est réuni pour que l'attaquant devienne la nouvelle star de la principauté. Il marque cinq buts mais se blesse fréquemment. Après plusieurs séances chez le kiné et des longs mois d'absence, Vieiri arrête les frais et retourne en Italie.

10 - Eidur Gudjohnsen : six mois et puis c'est tout

Sur le papier, l'arrivée de l'attaquant islandais Gudjohnsen en 2009 en provenance du FC Barcelone était très alléchante. Un joueur d'un mètre 85 aussi doué dans les airs qu'au sol, ça peut toujours servir dans un club. Monaco n'hésite pas et s'attache ses services pour deux saisons. Neufs matches plus tard, il repart en Angleterre. Aucune trace de ce passage éclair. Ah si, un but en match amical contre Fréjus…