Le sept majeur de l'OM

  • A
  • A
Le sept majeur de l'OM
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Les Marseillais enchaînent leur septième victoire de rang face à l'ASSE (1-0).

LIGUE 1 - Les Marseillais enchaînent leur septième victoire de rang face à l'ASSE (1-0). L'OM tient le choc. Alors qu'Auxerre s'est solidement imposé en fin d'après-midi à Toulouse (3-0), et était donc revenu à deux points du leader marseillais, ce dernier a été chercher une victoire douloureuse, mais précieuse (1-0), face à Saint-Etienne pour reprendre ses aises en tête de la Ligue 1, dimanche, au crépuscule de cette 34e journée. En enchaînant une septième victoire de rang en championnat, les hommes de Didier Deschamps reprennent cinq points d'avance sur l'AJA, qu'ils affrontent vendredi prochain pour un match qui prend de plus en plus des airs de dernière chance d'aller déloger les Marseillais sur leur trône. Mais la victoire acquise face à des Verts qui pointent pourtant au 17e rang ne fut pas l'une des plus brillantes de la saison. Loin s'en faut. Jamais vraiment maîtres du jeu, les Olympiens ont souffert le martyr face à une équipe de l'ASSE qui n' a jamais baissé les bras et s'est procurée bon nombre d'occasions. La première dès le coup d'envoi, mais le tir instantané de Rivière est bien repoussé par un arrêt réflexe de Mandanda (3e). Après ce moment de flottement, les Phocéens réagissent immédiatement et c'est Valbuena qui ouvre la marque, bien lancé par Brandao (1-0, 6e). On pense alors que l'OM va dérouler pour enfoncer le clou. L'OM plie, mais ne rompt pas Dans un premier temps, deux coups francs de Lucho Gonzalez repris par Niang, qui bute une première fois sur Janot (23e), puis sur le poteau (29e), entretiennent cette illusion. Mais les hommes de Christophe Galtier ont de l'orgueil et se jettent vers le but adverse, sans pour autant cadrer, à l'image de Gelson (33e), Sako (39e) ou Payet (45e+1). Au retour sur le pré, la situation ne bouge pas d'un iota et il faut un retour tonitruant de Diawara dans les pieds de Sako (55e), ou quelques millimètres pour mettre Rivière hors-jeu pour un but refusé (64e), pour ne pas voir les Verts égaliser. C'est ensuite le poteau qui sauve les Ciel et Blanc sur une tête de Benalouane (77e). Et si Valbuena manque de peu le doublé (79e), c'est bien le soulagement qui se lit sur les visages marseillais lorsque M. Turpin décide de mettre fin aux débats. Si cette victoire n'est pas brillante, ce sont tout de même trois points de plus qui terminent dans la musette de l'OM. Et l'histoire a plusieurs fois démontré que c'est sur ce genre de victoires poussives que se construisent les titres de champion...