Le journal des Bleus

  • A
  • A
Le journal des Bleus
Partagez sur :

Comme chaque début de semaine, la rédaction revient sur l'actualité des internationaux français, en Ligue 1 comme à l'étranger. A l'honneur ce week-end Franck Ribéry, manifestement bien remis de ses blessures aux mollets et auteur d'un match plein samedi avec le Bayern. Adil Rami lui aussi s'est illustré, en bien puis en mal, avec Valence. Les buteurs bleus de la L1 n'ont du reste pas chômé ce week-end et, autre bonne nouvelle, l'infirmerie tricolore compte de moins en moins de pensionnaires...

Comme chaque début de semaine, la rédaction revient sur l'actualité des internationaux français, en Ligue 1 comme à l'étranger. A l'honneur ce week-end Franck Ribéry, manifestement bien remis de ses blessures aux mollets et auteur d'un match plein samedi avec le Bayern. Adil Rami lui aussi s'est illustré, en bien puis en mal, avec Valence. Les buteurs bleus de la L1 n'ont du reste pas chômé ce week-end et, autre bonne nouvelle, l'infirmerie tricolore compte de moins en moins de pensionnaires... LE BLEU DU WEEK-END : (Coup de génie, coup de pompe, focus sur un Bleu en vue ou non, ce week-end) Franck Ribéry leur a tout fait ! Les Berlinois du Hertha n'ont pas été déçus du voyage, samedi à l'Allianz-Arena. Après un quart d'heure de jeu, le "Kaiser Franck" retrouvé et remis de ses blessures aux mollets avait déjà délivré deux passes décisives et inscrit un but. Une performance complète parachevée en seconde période par l'obtention d'un penalty transformé par Mario Gomez, auteur lui d'un doublé pour une victoire 4-1 qui aura permis au Bayern de conforter son leadership. Avec quatre réalisations et huit passes à son actif depuis le début de la saison, le Boulonnais peut se targuer d'être l'homme le plus décisif de la Bundesliga. Même son canonnier de coéquipier doit s'incliner, du haut de ses dix buts pour une passe. La semaine dernière, Franz Beckenbauer, le président d'honneur du club munichois, rendait un nouvel hommage appuyé à l'international tricolore: "Franck, c'est le sel dans la soupe. Sans de tels joueurs, tout finirait par se ressembler. Il resterait quoi si on interdisait à Messi de dribbler ? Les individualistes rendent le football intéressant..." La note, effectivement, aura été salée ce week-end pour le Hertha. DE BUT EN BLEU : (Tous les buteurs bleus du week-end) Les buteurs d'obédience tricolore, parfois assoupis, se sont illustrés ce week-end, en particulier dans l'Hexagone. Ligue 1 mise à part, les Bleus de l'étranger ont été moins en vue, certes, mais Adil Rami le Valencian y a été de son but à Majorque (1-1), comme Franck Ribéry avec le Bayern (voir ci-dessus). En France, la 10e levée de championnat a inspiré Kevin Gameiro, auteur d'un triplé avec le PSG contre Ajaccio (1-3), Bafétimbi Gomis, buteur lyonnais contre Nancy (3-1), et Dimitri Payet, l'homme qui aura eu le mérite de relancer le Losc à Auxerre (1-3). Comptant parmi les derniers appelés de Laurent Blanc en date, Mathieu Debuchy a également frappé lors de ce succès des Dogues à l'Abbé-Deschamps. Estimé aux portes de la sélection, le Montpelliérain Olivier Giroud continue lui de toquer, fort d'un triplé passé à Dijon (5-3). DU CÔTE DE L'INFIRMERIE : (Le point sur les blessés) L'infirmerie des Bleus sonne de plus en plus creux ! Les Gunners Abou Diaby et Bacary Sagna, touchés respectivement à la cheville droite et au péroné droit, y restent bien sûr cantonnés, et n'ont pu participer à la victoire d'Arsenal sur Sunderland (2-1). Même punition pour le Parisien Guillaume Hoarau, qui se remet doucement de son opération de l'épaule droite. En revanche, Philippe Mexès et Karim Benzema, s'ils n'ont pas joué avec l'AC Milan et le Real Madrid contre Palerme (3-0) et le Betis Séville (4-1), sont jugés aptes à la reprise. De son côté, Hatem Ben Arfa s'est encore contenté d'une poignée de minutes sur le terrain lors du match nul entre Newcastle et Tottenham (2-2). LA PAROLE BLEUE : (La petite phrase de la semaine) Une fois n'est pas coutume, la parole bleue de la semaine ne mérite pas de nouvel écho puisqu'il s'agit d'une insulte. Homme du match Majorque-Valence selon la presse espagnole, Adil Rami ne s'est malheureusement pas distingué par son seul but samedi soir. Mécontent de la tournure du match, frustré par ce penalty accordé et concrétisé par Hemed dans le temps additionnel, l'ancien Lillois s'en est verbalement pris à l'arbitre de la rencontre, M. Paradas Romero, dans le couloir menant aux vestiaires. Un coup de sang qui lui aura valu un carton rouge et un rapport carabiné de la part de l'homme en noir. Le défenseur valencian encourt jusqu'à quatre matches de suspension.