Le dilemme de Llodra

  • A
  • A
Le dilemme de Llodra
Partagez sur :

Pour Michael Llodra, la fin de saison s'articule autour d'un objectif: la finale de la Coupe Davis contre la Serbie début décembre. Le Parisien, diminué par une blessure au tendon d'Achille et logiquement battu par Ferrer à Shanghai ce mardi (7-6, 6-1), pourrait se concocter un programme allégé en vue du rendez-vous de Belgrade. Quitte à zapper certains engagements.

Pour Michael Llodra, la fin de saison s'articule autour d'un objectif: la finale de la Coupe Davis contre la Serbie début décembre. Le Parisien, diminué par une blessure au tendon d'Achille et logiquement battu par Ferrer à Shanghai ce mardi (7-6, 6-1), pourrait se concocter un programme allégé en vue du rendez-vous de Belgrade. Quitte à zapper certains engagements. Michael Llodra a récemment atteint le meilleur classement de sa carrière (28e mondial). L'envie d'aller encore plus haut doit donc le titiller sérieusement. Mais le Parisien est tiraillé par un choix cornélien: poursuivre sa progression ou ménager son organisme, surtout son tendon d'Achille qui le fait souffrir depuis la demi-finale de Coupe Davis contre l'Argentine. Ce mardi, pour son entrée en lice dans le Masters 1000 de Shanghai, "Mika" a choisi la sagesse, lâchant prise après la perte de la première manche contre David Ferrer (7-6, 6-1), pour ne pas trop tirer sur la corde sensible. Contre un adversaire ultracombatif et en lice pour une place au Masters de Londres (Ferrer est pour le moment huitième de l'ATP Race), Llodra avait peu de chances de s'en sortir. Malgré un service performant, il n'a pu tenir la comparaison du fond du court, baladé par la cadence imprimée par l'Espagnol. Battu d'entrée la semaine passée à Tokyo, le Français n'a plus qu'un objectif en tête: la finale de la Coupe Davis contre la Serbie à Belgrade (du 3 au 5 décembre). Un rendez-vous qu'il ne manquerait pour rien au monde. Pour arriver en pleine possession de ses moyens, il doit forcément couper pour permettre à cette blessure au tendon de se résorber. Or, Michaël Llodra est un fidèle. Pour la sixième année consécutive, il participera au challenger d'Orléans, qui débute la semaine prochaine. En tant que membre du Top 50, le Parisien n'avait pas le droit de s'inscrire, il a donc bénéficié d'une invitation. L'an passé, le gaucher avait échoué en demi-finale face au Belge Xavier Malisse, qui viendra également défendre son titre par le biais d'une invitation. Mais est-ce réellement une bonne idée ? L'éventuelle absence à Belgrade de Llodra, grand artisan de la réussite française pour la campagne 2010 de Coupe Davis en simple comme en double, priverait le capitaine Guy Forget de l'un de ses meilleurs atouts.