Le boss, c'est Weepu !

  • A
  • A
Le boss, c'est Weepu !
Partagez sur :

Après Dan Carter, les All Blacks ont perdu face à l'Argentine sa doublure, Colin Slade, à son tour forfait pour le reste de la compétition. Avant d'affronter en demi-finale une équipe d'Australie, qu'elle n'a jamais battue en Coupe du monde, la Nouvelle-Zélande s'en remet à Aaron Cruden, jeune ouvreur de 22 ans sans vécu, ni expérience à ce niveau. Plus que jamais, le demi de mêlée Piri Weepu, capable de glisser en 10, semble devoir s'imposer.

Après Dan Carter, les All Blacks ont perdu face à l'Argentine sa doublure, Colin Slade, à son tour forfait pour le reste de la compétition. Avant d'affronter en demi-finale une équipe d'Australie, qu'elle n'a jamais battue en Coupe du monde, la Nouvelle-Zélande s'en remet à Aaron Cruden, jeune ouvreur de 22 ans sans vécu, ni expérience à ce niveau. Plus que jamais, le demi de mêlée Piri Weepu, capable de glisser en 10, semble devoir s'imposer. "Je suis juste heureux et humble d'y être. C'est une grande performance." Piri Weepu fut dimanche, quelques minutes après que les All Blacks avaient validé dans la douleur leur qualification pour les demi-finales de la Coupe du monde aux dépens de l'Argentine (33-10), aussi laconique que sa performance sur la pelouse de l'Eden Park fut impressionnante. Le demi de mêlée n'avait, il est vrai, pas le coeur à s'enthousiasmer, informé par téléphone que son grand-père âgé de 78 ans s'était éteint deux jours plus tôt. Afin de préserver son All Black de fils, Bill Weepu, son père, avait préféré garder la triste nouvelle pour préserver la préparation de son fils pour ce premier match de phase finale. Une première lumineuse pour Weepu qui, dès la demi-heure de jeu, devait endosser la charge de buteur. A ses côtés, un nouvel ouvreur néo-zélandais venait d'être accablé par le sort : Colin Slade, bombardé n°10 titulaire des All Blacks suite au forfait de l'icône Dan Carter, disait à son tour adieu à la Coupe du monde, vaincu par une rupture partielle de l'adducteur gauche (suivi bientôt par Mils Muliaina, qui renoncera à la mi-temps, ndlr), et cédait sa place à un autre ouvreur classe biberon, Aaron Cruden (22 ans, 7 sélections, dont 1 seule titularisation), appelé pour pallier la défection de Carter (voir par ailleurs). Au côté du jeune rentrant, Weepu, qui avait déjà favorablement suppléé en cours de match un Slade en difficultés face au Canada, va naturellement prendre en mains la destinée des All Blacks dans ce match d'abord mal embarqué face à des Pumas accrocheurs. Avec l'autorité d'un patron, tant dans la conduite du jeu que face aux poteaux avec un 7 sur 7 impeccable. "Saluez le nouveau général en chef !" (Presse) De quoi ce lundi matin déchaîner les commentaires élogieux de la presse nationale, pas forcément tendre avec ses Blacks. Crédité de la meilleur note (9.0), Weepu inspirera dans le New Zealand Herald ce commentaire pour le moins élogieux: "Saluez le nouveau général en chef, particulièrement quand Slade quitta le terrain. Peut devenir le héros de cette Coupe du monde, s'il glisse en 10." A ses côtés, ses partenaires n'ont pu que constater l'évidence de la montée en puissance du futur joueur des Auckland Blues et sa nouvelle épaisseur au sein du groupe. Conrad Smith, l'un des tauliers, rend hommage: "Son jeu au pied a vraiment fait la différence pour nous et ça lui a donné confiance." Suivi de près par l'entraîneur-adjoint, Steve Hansen: "Il a fait un match remarquable et nous sommes vraiment fiers de lui. On sait qu'il a eu un peu de mal avec son poids. Ce soir, il s'est vraiment détaché de la masse. Son cerveau travaille à 100 km/h, mais il garde son sang froid également. Il fait partie des leaders de l'équipe." Un Weepu nouveau que Graham Henry, qui a rappelé en renfort à l'ouverture Stephen Donald (27 ans, 22 sélections), semble pourtant décidé à considérer avant tout comme le demi de mêlée de sa formation, un poste d'où son joueur peut, selon lui, peser tout autant sur le rendement des All Blacks: "Il est en forme à la mêlée. Il a été très bon hier (dimanche). Il peut guider l'équipe depuis ce poste. C'est là qu'il se sent le mieux. Comme il aura un jeune ouvreur à ses côtés (Aaron Cruden), il sera important qu'il prenne plus de responsabilités dans la conduite du jeu et de l'équipe." L'ordre de mission n'en est pas moins donné. Tandis que McCaw, diminué par sa blessure au pied, peine à peser sur le jeu de son équipe, Weepu semble plus que jamais détenir les clés de la maison black, alors que se profilent les Wallabies dimanche, en demi-finale, à l'Eden Park. Une sacrée revanche pour un joueur qui, il y a quatre ans, était écarté de la Coupe du monde en France en raison d'une hygiène de vie aléatoire et d'un comportement hors du terrain qui l'était tout autant: "J'étais très jeune. Probablement que j'ai grandi et mûri", reconnaît-il aujourd'hui, endurci par les épreuves, dont notamment cette fracture de la jambe cette saison. "Dès que mon rêve a été brisé en 2007, je me suis tout de suite dit que je voulais revenir et faire partie de l'équipe cette année. Et jouer cette Coupe du Monde à domicile, c'est la cerise sur le gâteau." Celui qui mène avant chaque coup d'envoi avec force conviction le haka des Blacks a le destin de toute une nation entre ses mains. Le plus grand défi qui soit.