Lama : "le même cas de figure qu'en 2006"

  • A
  • A
Lama : "le même cas de figure qu'en 2006"
@ Maxppp
Partagez sur :

Pour Bernard Lama, l'équipe de France constitue "un groupe mais pas encore une équipe".

Pour Bernard Lama, l'équipe de France constitue "un groupe mais pas encore une équipe".Un énorme potentiel mais aussi des doutes. C'est ce qu'inspire l'équipe de France à Bernard Lama. L'ancien gardien de l'équipe de France championne du monde en 1998 est actuellement en Afrique du Sud, où il commente les matches pour une chaîne de télévision locale."On est un peu dans le même cas de figure qu'en 2006 : les éliminations étaient très difficiles et il y a un gros doute sur la capacité de cette équipe à aller au bout. Mais il y a aussi du talent dans cette équipe et notamment offensivement. Si les joueurs arrivent à se libérer sur le terrain et à faire le travail qu'il faut pour ne pas encaisser de but, ils ont de grandes chances d'en marquer", a notamment déclaré Bernard Lama.Ecoutez Bernard Lama:"Il faut faire confiance aux garçons. Il y a un groupe mais il n'y a pas encore une équipe, il leur faut un résultat référence", a analysé l'ancien gardien de l'Equipe de France.Les Bleus sont néanmoins attendus au tournant, car "aujourd'hui c'est la plus grande compétition qui démarre, donc c'est normal qu'il y ait de la pression, qu'on soit tendu, parce qu'on se prépare depuis des années pour un tel évènement".Une autre génération Interrogé sur les propos de Yannick Noah, qui a exprimé ses doutes sur l'équipe de France, Bernard Lama a considéré "que Yannick est un peu dur. On a affaire à une autre génération, je crois qu'il ne faut pas comparer les choses. 1998, c'est loin. Malheureusement, c'est une génération qui grandit comme elle a été élevée, donc il ne faut pas leur reprocher certaines tares qui ne sont pas forcément les leurs à la base".Seule certitude, "il est toujours difficile de démarrer une compétition" selon Bernard Lama, qui a éludé une question sur la comparaison entre Raymond Domenech et Aimé Jacquet : "Celui qui sera à la hauteur d'Aimé Jacquet, c'est celui qui gagnera de nouveau une Coupe du monde", a-t-il conclu.