Lacombe flingue l'OL

  • A
  • A
Lacombe flingue l'OL
Partagez sur :

Dans un entretien accordé au site officiel de l'Olympique de Marseille, Bernard Lacombe a vivement critiqué l'attitude de certains de ses joueurs. Remonté, le conseiller du président Aulas attend une réaction face à l'OM, son favori pour le titre de champion de France, dimanche lors de l'Olympico, dans le cadre de la 34e journée de Ligue 1.

Dans un entretien accordé au site officiel de l'Olympique de Marseille, Bernard Lacombe a vivement critiqué l'attitude de certains de ses joueurs. Remonté, le conseiller du président Aulas attend une réaction face à l'OM, son favori pour le titre de champion de France, dimanche lors de l'Olympico, dans le cadre de la 34e journée de Ligue 1. Enervé par les résultats inconstants de Lyon, excédé par le comportement de certains joueurs, Bernard Lacombe, réputé pour son franc parler, a dévoilé le fond de ses pensées. Figure emblématique du football rhodanien, le conseiller du président Jean-Michel Aulas n'a pas digéré la défaite concédée à Toulouse (0-2) la semaine passée lors de la 33e journée de Ligue 1. Plus que le résultat final, l'ancien attaquant international fustige la manière, "une calamité" selon lui. "Les joueurs ont été en dessous de tout. Que ce soit dans l'effort, ou au niveau technique comme tactique", a-t-il déploré dans un entretien accordé au site officiel de l'Olympique de Marseille. S'il ne dédouane pas Claude Puel, dont il a souvent critiqué les méthodes et les choix tactiques, le numéro deux de l'OL regrette le manque d'implication de certains joueurs, arguant qu'il "y a des jours où le porteur du ballon ferait mieux de travailler à la NASA, tellement tout le monde est caché. Aujourd'hui, on a beaucoup de difficulté à l'OL pour trouver un partenaire libre, qui s'est bien démarqué." Mécontent de l'ensemble de l'équipe, fébrile et timorée au Stadium, Bernard Lacombe n'a cependant pas hésité à viser plus particulièrement Aly Cissokho et Michel Bastos, dont il qualifie les expulsions de "fautes professionnelles" ou encore de "bêtises même pas passables", en insistant: "Je ne peux même pas comprendre cette chose-là, car tu sais que tu vas fragiliser ton équipe. Si ce sont des minimes ou des cadets qui font une bêtise comme celle-ci, vous leur mettez une gifle, et vous allez les engueuler." Cible de nombreuses critiques depuis son arrivée dans le Rhône, Yoann Gourcuff, dont le rendement n'est pas à la hauteur des espérances - et de l'investissement lyonnais - est en revanche "un cas à part" pour l'ex-buteur des Girondins de Bordeaux. Avouant qu'il "attendait mieux", Bernard Lacombe, "déçu de ses prestations", tempère en assurant que le milieu de terrain tricolore, titularisé à 22 reprises en Ligue 1 cette saison, "a besoin d'un temps d'adaptation, plus long que pour les autres joueurs, avant que les choses ne viennent petit à petit". Selon lui, la nature discrète et réservée de l'ancien Milanais, qui se montre "presque gêné de tout ce qui est fait autour de lui" est également en cause. "Marseille sera champion" S'il reconnaît par ailleurs que l'OL a "traversé des moments difficiles", le bras droit de "JMA", grand artisan de la réussite des Gones dont il a successivement été directeur sportif, entraîneur, puis manager, refuse toutefois de parler de parler de fin de cycle, précisant qu'il est "important d'être européen". Troisième à sept longueurs du leader lillois, les partenaires de Hugo Lloris, qui devrait s'exiler à l'étranger en juin prochain, ont pratiquement abandonné l'idée d'une huitième couronne nationale, après les sept titres décrochés entre 2002 et 2008. "Je pense qu'aujourd'hui, il faut essayer de penser à la deuxième, voire à la troisième place." Conscient que l'Olympico contre Marseille, programmé dimanche à Gerland dans le cadre de la 34e journée de Ligue 1, sera décisif dans ce sprint final, Bernard Lacombe espère une réaction de ses joueurs et exige de "la combativité et l'envie nécessaire pour venir aux devants de cette équipe". Alors que six points séparent les deux formations au classement, le dirigeant lyonnais "voit l'OM, qui ne fait pas un très bon football, finir champion, malgré son manque de fluidité, grâce à son expérience et son efficacité". Lille, qui se déplace à Nancy samedi, tentera de déjouer ces pronostics.