La surprise Israël

  • A
  • A
La surprise Israël
Partagez sur :

Pour la première fois de son histoire, l'équipe d'Israël est en passe de se qualifier pour les demi-finales de la Coupe Davis. Il ne lui reste en effet plus qu'à marquer un point afin d'éliminer la Russie. Dans les autres quarts de finale, le tenant du titre espagnol, privé de Nadal et Ferrer, est bousculé par l'Allemagne (1-1). La République tchèque et l'Argentine sont dos à dos (1-1).

Pour la première fois de son histoire, l'équipe d'Israël est en passe de se qualifier pour les demi-finales de la Coupe Davis. Il ne lui reste en effet plus qu'à marquer un point afin d'éliminer la Russie. Dans les autres quarts de finale, le tenant du titre espagnol, privé de Nadal et Ferrer, est bousculé par l'Allemagne (1-1). La République tchèque et l'Argentine sont dos à dos (1-1).La Russie n'a plus le choixIsraël-Russie 2-0Après s'être sorti d'un piège suédois joué à huis-clos lors du premier tour, Israël est en passe de créer une énorme sensation en quart de finale de la Coupe Davis. Devant près de 10 500 personnes – un record d'affluence pour des matches de tennis à Tel Aviv – Harel Levy et Dudi Sela ont disposé respectivement de Igor Andreev (6-4, 6-2, 4-6, 6-2) et Mikhail Youzhny (3-6, 6-1, 6-0, 7-5), vendredi, pour permettre à Israël de mener 2-0 face à la Russie. Jamais parvenus encore en demi-finale de la compétition, les Israéliens, présents dans le groupe mondial pour la huitième fois de leur histoire seulement, auront donc l'occasion de clore les débats dès samedi, alors que le double opposera le tandem Jonathan Erlich-Andy Ram au duo Marat Safin-Igor Kunitsyn. Rarement placée en aussi mauvaise posture ces dernières années, la Russie n'a plus surmonté un tel handicap à l'issue de la première journée depuis 1995.Le tenant du titre à la peineEspagne-Allemagne 1-1Tenante de la Coupe Davis, l'Espagne sait déjà qu'elle aura fort à faire pour conserver son bien. En l'absence de Rafael Nadal et David Ferrer, la sélection ibérique peine à se faire respecter à domicile face à l'Allemagne, en quart de finale de la compétition. A l'issue de la première journée sur la terre battue de Marbella, les deux nations sont dos à dos 1-1. Et le bilan aurait même pu être plus préoccupant encore pour les Espagnols si Fernando Verdasco n'avait pas eu le dernier mot face au surprenant Andreas Beck, 51e mondial (6-0, 3-6, 6-7, 6-2, 6-1). Privés de leur n°1 Tommy Haas, les Allemands ont pour leur part trouvé un véritable leader en Philipp Kohlschreiber, lequel a balayé en trois sets secs un Tommy Robredo fantomatique (6-3, 6-4, 6-4). A tel point qu'il se murmure que ce dernier pourrait être remplacé par Juan Carlos Ferrero, qui n'a pas joué en Coupe Davis depuis quatre ans, lors des simples dominicaux. L'Argentine résisteRépublique tchèque-Argentine 1-1L'affiche Berdych-Del Potro vaudra à coup sûr son pesant d'or, dimanche à Ostrava. Promu chef de file de son équipe après le forfait de Radek Stepanek, Thomas Berdych n'a pas manqué d'assumer ses responsabilités en offrant à la République tchèque le premier point de son quart de finale face à l'Argentine. Ce, même si ce ne fut pas simple contre un Juan Monaco qui n'a baissé pavillon qu'en cinq sets et après 3h30 de jeu (6-4, 2-6, 2-6, 6-3, 6-2). En face, la réplique n'a toutefois pas tardé à fuser. Pour son entrée en matière dans cette confrontation, le n°1 argentin n'a fait qu'une bouchée de Ivo Minar dans la soirée (6-1, 6-3, 6-3), égalisant ainsi à 1-1 face aux bourreaux des mousquetaires français au tour précédent. L'explication des chefs, dimanche, aura sans doute valeur de décision.