L'OM pour prendre les rênes ?

  • A
  • A
L'OM pour prendre les rênes ?
Partagez sur :

Champion de France en titre, l'OM est sorti du bois la semaine passée en allant s'imposer à Lille (3-1). Alors que de plus en plus d'observateurs voient en Marseille le favori à sa propre succession, les Olympiens vont tenter dans un premier temps de prendre les commandes de la Ligue 1. Il faudra pour cela battre au Vélodrome l'actuel occupant du fauteuil de leader, Rennes, dans le cadre de la 11e journée.

Champion de France en titre, l'OM est sorti du bois la semaine passée en allant s'imposer à Lille (3-1). Alors que de plus en plus d'observateurs voient en Marseille le favori à sa propre succession, les Olympiens vont tenter dans un premier temps de prendre les commandes de la Ligue 1. Il faudra pour cela battre au Vélodrome l'actuel occupant du fauteuil de leader, Rennes, dans le cadre de la 11e journée. L'OM va-t-il encore longtemps attendre les retardataires ? Deuxièmes de cette Ligue 1 cuvée 2010-2011, les Marseillais ont l'occasion de prendre les commandes du championnat dès samedi, lors de la réception de Rennes, l'actuel leader. Et si l'an passé, après dix journées, les hommes de Didier Deschamps possédaient deux points de plus (20 contre 18 cette année), ils avaient attendu le troisième tiers du championnat et le 7 avril pour prendre le pouvoir. Un statut que le coach olympien ne refuserait pas. "Si vous me laissez le choix, je préfère faire la course en tête, plutôt qu'être derrière et devoir rattraper les autres", confirme sur le site officiel du club l'ancien champion du monde, appuyé par Lucho Gonzalez: "c'est toujours mieux de faire la course en tête et de dépendre de soi-même plutôt que des adversaires". "La Desch'" prévient tout de même: "Une saison, c'est bien négocier les virages, pour réussir la dernière ligne droite". Voilà donc le premier virage qui s'annonce. L'OM sacré face à Rennes l'an passé "C'est une équipe difficile à jouer, avec un gros impact physique mais nous sommes habitués, tous les matches sont durs", explique Lucho à propos de cette équipe rennaise, installée presque malgré elle sur le trône depuis désormais trois journées. Une équipe que Frédéric Antonetti souhaite voir se frotter au haut du panier. "C'est le moment de nous étalonner face à des adversaires de valeur", note le technicien corse sur le site officiel du Stade Rennais. Il pourra pour cela compter sur son attaquant Montaño, de retour de blessure, mais pas sur Leroy et Mangane, tous deux suspendus. Côté olympien, seul Cissé manquera à l'appel, alors que le public devrait répondre présent pour se remémorer quelques bons souvenirs. C'est en effet après un OM-Rennes, l'an passé, que les Provençaux avaient officiellement été sacrés champion de France. "Nous ne serons pas onze sur le terrain, mais douze car le public va également tenir son rôle. Nous avons perdu trop de points depuis le début de saison. Demain, il faudra gagner", confirme Mbia, l'ancien Rennais. Un public qui va tenter de pousser les siens dès le début de la rencontre, afin d'éviter une première période similaire à celle disputée à Lille, où l'OM avait été en dessous de tout. "On ne pourra pas toujours retourner tous les résultats comme on l'a fait à Lille", confirme Lucho. Charge également à André-Pierre Gignac de trouver enfin le chemin des filets, lui qui n'aura marqué qu'un seul but en trente tirs tentés cette saison, soit le plus faible ratio du championnat avec 3%. Un chiffre qui serait bien vite oublié si son but offre la place de leader à l'OM samedi soir.