L’affaire Longo en questions

  • A
  • A
L’affaire Longo en questions
@ MAXPPP
Partagez sur :

DECRYPTAGE - Europe1.fr démêle pour vous les différents points de cette polémique.

Depuis les révélations du journal L’Equipe sur l’achat de produits dopants par Patrice Ciprelli, le mari et entraîneur de Jeannie Longo, la polémique ne cesse d’enfler. La Fédération française de cyclisme a décidé de suspendre le possible fautif. A une semaine des prochains championnats du monde sur piste, Europe1.fr vous propose les clés de cette affaire pour mieux en comprendre la portée.

Que s’est-il passé ? Déjà menacée de sanction pour manquement aux exigences de localisation antidopage la semaine dernière, la championne cycliste, Jeannie Longo, est visée par une affaire encore plus grave. Son mari et entraîneur, Patrice Ciprelli, aurait acheté de l’EPO chinoise en 2007, via un site internet américain et un ancien cycliste Joe Papp dans le rôle de l’intermédiaire. C’est sur la base d’e-mails envoyés par Patrice Ciprelli à Joe Papp que L’Equipe a révélé cette affaire. Des fac-similés de courriels évoquent clairement une transaction pour un montant de 500 euros d’EPO.

Qui est Edwige Pitel ? Au moment des faits (en 2007), le mari de Jeannie Longo entraînait également une autre cycliste, Edwige Pitel. Si Joe Papp a clairement indiqué qu’il "avait vendu de l’EPO à Ciprelli pour sa femme", le nom de Jeannie Longo n’est jamais mentionné. En clair les seringues pré-remplies d’EPO auraient bien pu servir à elle ou à Edwige Pitel. Cette dernière a vivement réagi mardi à cette interprétation : "je suis ulcérée. Me mêler à un truc d’EPO, moi qui ai toujours été irréprochable, c’est salir mon image gratuitement". Pour l’instant, Edwige Pitel n’est pas visée par une enquête. Mais elle regrette déjà "l’association qui est faite". Et de conclure : "maintenant, il y aura toujours un doute sur moi".

Les mails sont-ils authentiques ? Cette question renvoie immédiatement à une autre : est-ce que les accusations du journal L’Equipe sont crédibles ? Mardi, la défense de Patrice Ciprelli s’est empressée de contester ces accusations. "Joe Papp n’est pas une source crédible et les mails sont des faux", a déclaré Me Bruno Raz, l’avocat de Ciprelli. Mais l’intéressé, Joe Papp, déjà condamnée par la justice américaine pour avoir participé à un vaste trafic de produits dopants s’est expliqué mardi sur Twitter. "J'ai entendu que les avocats de Ciprelli et Longo tentaient d'affirmer que les e-mails sont des faux ? Malheureusement pour eux, cette réponse néglige le fait que le gouvernement américain a déjà certifié ces e-mails comme étant authentique". Et de conclure : "Ciprelli pourrait juste l'admettre et dire qu'il a fait une erreur, et tout le monde pourrait passer à autre chose".

Pitel-Ciprelli

Que risque Patrice Ciprelli ? A la suite de ces accusations, la Fédération française de cyclisme (FFC) a décidé de suspendre à titre conservatoire l’entraîneur et mari de Jeannie Longo. Une procédure disciplinaire a été ouverte contre lui. Une commission va l’interroger dans les prochains jours et prendra une décision en fonction. D’après le directeur juridique de la FFC, Christophe Lavergne, Patrice Ciprelli risque "une peine de suspension ou un retrait de licence qui peut aller jusqu’à six ans". En revanche, s’il peut écoper d’une sanction disciplinaire, Patrice Ciprelli ne risque rien au niveau pénal. Cette précision est capitale. La prescription pénale des faits étant établie, il ne devra rendre des comptes qu’à la justice sportive.

Que risque Jeannie Longo ? Au moment des faits, la championne quinquagénaire n’avait pas été contrôlée par l’agence mondiale anti-dopage. Pour l’instant, elle n’est pas visée par l’enquête disciplinaire de la Fédé. Isabelle Gautheron, directrice nationale technique de la FFC, a précisé qu’elle appliquera "le règlement de l’Union cycliste internationale". Comme l’UCI n’a pour l’instant pas décidé de se saisir du dossier, Jeannie Longo est donc en sursis. Mais à partir du moment où une procédure serait engagée au niveau internationale, la FFC enclencherait le pas.

Quelle est l’attitude de la Fédération ? La version officielle de la Fédération française de cyclisme (FFC) privilégie comme il se doit la présomption d’innocence. Mais les mots du président David Lappartient sont durs : "les faits qui sont décrits dans le journal (L’Equipe de mardi, ndlr) sont suffisamment graves, et j’imagine mal que les journalistes n’aient pas vérifiées leurs informations auparavant". Même s’il rappelle que la suspension de Patrice Ciprelli n’a été prise qu’à "titre conservatoire", cette déclaration en dit quand même long sur la détermination de la fédé à faire la lumière sur cette affaire.

La carrière de Jeannie Longo est-elle terminée ? La championne aux 13 maillots arc-en-ciel a décidé de ne pas participer aux championnats du monde, qui auront lieu du 19 septembre au 25 septembre. Son avocat, maître Bruno Ravaz, a expliqué que Longo est "très affectée par les accusations injustes dont elle fait l'objet". A 52 ans, la sportive préférée des Français doit affronter l’épreuve la plus dure de sa carrière. Dans son autobiographie publiée l’année dernière, la Française avait pourtant affirmé qu’elle continuait le vélo pour son mari, Patrice Ciprelli : "C’est un lien avec Patrice. Si j’arrête, c’est fini". En guise de conclusion qui trouve un écho assez étrange avec cette affaire, Jeannie Longo précisait le bon moment pour se retirer : "partir quand les choses commencent à dégénérer"