JO 2016, Chicago et Rio favoris

  • A
  • A
JO 2016, Chicago et Rio favoris
Partagez sur :

JOLe CIO annoncera, vendredi, qui de Chicago, Madrid, Rio de Janeiro ou Tokyo acceuillera les Jeux Olympiques d'été de 2016.

Les membres du CIO rendront leur verdict dans l'attribution des Jeux Olympiques d'été de 2016, vendredi à Copenhague. Si Chicago et Rio de Janeiro font figure de favoris, Madrid et Tokyo convoitent également le titre de ville hôte.Dernière ligne droite dans la course à l'attribution des Jeux Olympiques d'été de 2016. Les membres du Comité International Olympique, réunis à Copenhague, détermineront vendredi au cours d'un vote qui de Chicago, Madrid, Rio de Janeiro et Tokyo* succèdera à Pékin (2008) et Londres (2012). Au jeu des pronostics, la ville américaine semble toutefois disposer d'une longueur d'avance.CHICAGO (Etats-Unis), une candidature portée par le couple ObamaPoints Forts: La cité de l'Illinois qui jouit d'une image de ville sportive de première ordre, avance de sérieux atouts : de nombreuses infrastructures déjà opérationnelles, une zone géographique peu étendue pour la tenue des différentes épreuves, un objectif de sécurité clairement affiché. Chicago se trouve en outre sur un fuseau horaire particulièrement adapté à une diffusion audiovisuelle mondiale. Point fort de la candidature américaine, le soutien du couple présidentiel Obama. Michelle Obama, a d'ailleurs fait le déplacement jusqu'à Copenhague avec son mari et espère bien voir sa ville natale succéder à Atlanta qui avait accueilli les JO d'été en 1996. Points faibles: Reste que malgré cet appui de poids, Chicago s'appuie sur un système de transports en commun réputé peu performant. Autre point noir: la question financière. Epinglée par la commission d'évaluation pour son manque de crédit financier, la cité américaine a longtemps été au centre d'un conflit entre le CIO et le comité olympique américain au sujet de la répartition des retombées marketing et télévisuelles de la compétition.Budget: 4,8 milliards de dollarsCandidatures passées:1904* (A l'origine organisés par Chicago, les JO d'été de 1904, s'étaient finalement tenus à Saint-Louis (Missouri) en même tant que l'Exposition universelle), 1952 et 1956.RIO DE JANEIRO, pour une première en Amérique du Sud ? (Brésil)Points forts: Le choix de Rio créerait un précédent historique dans les annales de l'olympisme: jamais encore le continent sud-américain n'a accueilli les JO sur son sol. Luiz Inacio Lula da Silva, président brésilien et fervent supporter de la candidature de sa capitale, n'a d'ailleurs pas manqué de rappeler que l'attribution d'un tel évènement à un pays émergent serait un signe fort envoyé à la communauté internationale. Un pays qui peut en outre se targuer de jouir d'un environnement des plus agréables pour lequel différentes actions écologiques seront mises en place à l'occasion des JO.Points Faibles: Organisatrice de la Coupe du Monde de football 2014, la ville possède un réseau d'infrastructures sportives déjà existants. Un argument favorable qui pourrait toutefois s'avérer handicapant si le CIO juge la proximité des deux évènements trop proches. De plus, la dispersion des sites olympiques a laissé entrevoir de possibles problèmes d'ordre logistique. Surtout, son manque de sécurité récurrent pourrait bien sanctionner la cité brésilienne. Budget: 14,4 milliards de dollarsCandidatures passées:1936, 1940, 2004 et 2012.TOKYO (Japon), en embuscadePoints FortsLa capitale japonaise propose un projet fortement influencé par des considérations d'ordre écologique. Un choix qui a semble-t-il plu à la commission d'évaluation particulièrement sensible à la qualité des transports urbains de la cité tokyoïte. Points faiblesAprès les JO de Pékin en 2008, le CIO choisira peut-être de privilégier une autre partie du globe d'autant plus que la candidature de Tokyo n'a pas rencontré l'engouement escompté au sein de la population japonaise.Budget: 4,4 milliards de dollarsVille hôte: 1964.MADRID (Espagne), la moins attendueContrairement à Tokyo, la candidature madrilène peut compter sur le soutien des Espagnols. La ville jouit entre autres de nombreuses installations sportives déjà existantes et d'appuis de taille tels que José Luis Rodriguez Zapatero, premier ministre espagnol, et surtout Juan Antonio Samaranch, l'ancien président du CIO. Points faibles:Vertement critiqué par la commission d'évaluation, le projet madrilène pâtira certainement de l'organisation des JO 2012 sur le sol européen, à Londres.Budget: 5.6 milliards de dollarsCandidatures passées: 1972 et 2012.*Bakou, Doha et Prague avaient également déposé un dossier de candidature mais leur projet n'a pas été retenu par la commission d'évaluation.