Gourcuff, le retour en grâce

  • A
  • A
Gourcuff, le retour en grâce
Partagez sur :

Préféré à Samir Nasri à la baguette de l'équipe de France face au Luxembourg, Yoann Gourcuff a justifié la confiance de Laurent Blanc. Le néo-Lyonnais a offert, sur corner, l'ouverture du score à Karim Benzema, avant de sceller la victoire des Bleus, comme contre la Roumanie, en fin de match. Titularisé, Guillaume Hoarau a lui déçu avant de sortir sous les sifflets de Saint-Symphorien.

Préféré à Samir Nasri à la baguette de l'équipe de France face au Luxembourg, Yoann Gourcuff a justifié la confiance de Laurent Blanc. Le néo-Lyonnais a offert, sur corner, l'ouverture du score à Karim Benzema, avant de sceller la victoire des Bleus, comme contre la Roumanie, en fin de match. Titularisé, Guillaume Hoarau a lui déçu avant de sortir sous les sifflets de Saint-Symphorien. Yoann GOURCUFF: 6.5 Pour son retour en équipe de France, il s'était glissé dans la peau d'un remplaçant contre la Roumanie avant de rappeler au bon souvenir de ses supporteurs en scellant le score sur une passe de Payet. Mardi, Laurent Blanc lui a confié les clés du camion bleu, comme il lui avait données à Bordeaux. Après une mise en route poussive, comme le reste de l'équipe, il frappe un premier bon coup franc (20e), l'occasion de se chauffer pour un futur corner qui amènera l'ouverture du score de Benzema (23e). S'il a eu du mal à créer des décalages, il a surtout tenté de loin, deux fois dans la même minute (65e) en seconde période, avant de trouver le chemin des filets sur un coup franc rapidement joué par... Payet (76e). Deux buts en deux matches, son passage en équipe de France sous les ordres de Laurent Blanc pourrait avoir définitivement effacé le douloureux souvenir de l'Afrique du Sud. Hugo LLORIS: 5 Dans un match où il n'a eu qu'un arrêt à effectuer, sur un retourné de Blaise (75e), le gardien lyonnais s'est distingué en première période par une sortie loin de sa surface inappropriée (19e). S'il a écarté le ballon de la tête, il aurait pu sur ce coup-là faire confiance à sa défense centrale. Anthony REVEILLERE: 6 Déjà apparu à son aise contre la Roumanie samedi au Stade de France (2-0), le latéral droit de l'Olympique Lyonnais a réussi un deuxième match plein contre le Luxembourg. Défensivement, on s'en doute, Réveillère n'a pas eu beaucoup de travail. C'est offensivement que l'ancien Rennais, qui fêtait sa septième sélection en sept ans, a convaincu, multipliant les solutions dans son couloir droit. Adil RAMI: 5 Pour la troisième fois consécutive, l'équipe de France n'a pas encaissé de buts. Le Lillois, qui prend peu à peu ses marques dans cette équipe, n'y est pas étranger. Le défenseur central nordiste n'aura il est vrai eu aucun ballon dangereux à négocier... Dans ce genre de match, il aurait pu être plus influent par ses relances. Philippe MEXES: 5 A l'image de son compère de la charnière, le Romain n'a pas assez pesé sur ces relances dans un match qui lui commandait pourtant d'être le premier relais des Bleus. Sa belle occasion en première période, un contrôle de la poitrine enchaîné d'une frappe du droit sortie par Joubert (22e), a été effacée par son manque de vigilance sur le seul corner luxembourgeois qui aurait pu permettre à Blaise de tromper Lloris (75e). Gaël CLICHY: 4 Deux frappes à son actif, non cadrées (11e et 58e). Voilà le seul écot offensif apporté par Gaël Clichy dans son couloir gauche. Ça fait peu en comparaison du travail effectué par son pendant à droite, Réveillère. A sa décharge, le Gunner n'a pas été aidé par le rendement tout aussi faible de Florent Malouda. Il a au moins réussi la performance de ne pas faire de bourde défensive. Alou DIARRA: 5 Le capitaine de l'équipe de France, un statut que Laurent Blanc a voulu confirmer quoiqu'il en dise en lui confiant pour la deuxième fois consécutive le brassard, a eu beaucoup de travail en début de match pour faire le ménage. Pas toujours juste dans ses interventions quand les Bleus en avaient besoin, le Bordelais est monté en régime à mesure que la France prenait le contrôle du match. Un match propre mais pas aussi plein que face à la Roumanie. Abou DIABY: 5.5 Comme tous ses coéquipiers, voire même un peu plus, il a souffert en début de match, peinant à trouver sa place au milieu du terrain. C'est en se rapprochant de ses attaquants qu'il a trouvé la clé, n'hésitant pas au passage à prendre sa chance de loin à deux reprises en première période (33e et 36e). Au retour des vestiaires, on a retrouvé le Diaby percutant, celui capable d'éliminer plusieurs adversaires avant de servir Gourcuff (65e). Le Gunner a fini la rencontre en roue libre. Florent MALOUDA: 4 A l'exception d'un bon centre pour la tête de Hoarau en première période, le milieu de terrain de Chelsea n'a rien montré. Déjà passé à côté contre la Roumanie, le meilleur Français de l'année 2010 n'a pas profité de son repositionnement sur le côté gauche du losange tricolore, un poste que voulait lui faire occuper Raymond Domenech en Afrique du Sud, pour faire étalage de son volume de jeu. Au contraire. Il a tout raté, en tentant de faire la différence seul (15e) ou en perdant un ballon dans sa moitié de terrain qui aurait pu offrir un coup franc dangereux au Luxembourg (61e). Remplacé peu après l'heure de jeu par Samir Nasri (63e), lequel a apporté ses qualités de percussion, s'offrant notamment un beau débordement sur la droite dont n'a pas profité Hoarau (71e) ou une belle frappe en pivot repoussée par le gardien adverse (90e+2). Karim BENZEMA: 6 Avec le renfort de Guillaume Hoarau, le Madrilène a obtenu plus de liberté sur le front de l'attaque tricolore. L'occasion de se balader à droite ou à gauche. Mais ses coéquipiers auront eu du mal à le trouver, notamment le Parisien qui ne lui a offert aucune remise. Reste que l'ancien Lyonnais a fait ce qu'on lui demandait : marquer dans un match fermé, débloquant la situation pour l'équipe de France d'une belle frappe de l'extérieur du gauche suite à un bon contrôle (23e). Remplacé par Dimitri Payet, l'homme en forme du moment qui s'est offert une deuxième passe décisive en deux matches, toujours pour Gourcuff, sur un coup franc rapidement joué (76e). La preuve que le garçon évolue dans un climat de confiance. A revoir absolument. Guillaume HOARAU: 3 Aligné en pointe, le Parisien devait servir de point d'appui à l'équipe de France. Problème, il n'a pas existé au coeur de la défense luxembourgeoise en début de match. Une première déviation de la tête (24e) puis une tête loin du cadre (34e) pour seuls faits d'armes en première période. Au retour des vestiaires, il rate le but du break sur un service de Gourcuff (48e) avant d'enchaîner avec une tête un peu molle (55e). S'il se rattrape avec une belle percée pour créer un décalage (58e), il conclut son match sur une reprise manquée sur un service de Nasri (71e). Résultat, une sortie sous les sifflets de Saint-Symphorien, remplacé par Loïc Rémy (73e) qui a lui évolué en confiance, boosté par son premier but en Bleu contre la Roumanie. Une soirée à oublier pour le Parisien. En espérant qu'il aura une occasion de se racheter.