Girard: "Taquiner les gros"

  • A
  • A
Girard: "Taquiner les gros"
Partagez sur :

Le CSP Limoges fête son grand retour parmi l'élite après six ans d'absence. Eric Girard et ses hommes accueillent Orléans samedi soir, à partir de 19h15, dans une salle de Beaublanc qui affichera complet pour cette première journée de Pro A. L'entraîneur limougeaud vise avant tout "le top 4 défensif" cette saison et ne s'attend pas à une rencontre facile face au dernier vainqueur de la Coupe de France, "un rude adversaire".

Le CSP Limoges fête son grand retour parmi l'élite après six ans d'absence. Eric Girard et ses hommes accueillent Orléans samedi soir, à partir de 19h15, dans une salle de Beaublanc qui affichera complet pour cette première journée de Pro A. L'entraîneur limougeaud vise avant tout "le top 4 défensif" cette saison et ne s'attend pas à une rencontre facile face au dernier vainqueur de la Coupe de France, "un rude adversaire". Eric, vous entamez la saison de Pro A en recevant Orléans samedi soir. Quel sentiment prédomine à l'heure des retrouvailles du CSP avec l'élite ? Comme dans toute pré-saison, on a hâte que la préparation se termine pour entrer dans le vif du sujet. Et ça faisait surtout pas mal de temps que le club attendait ce retour en Pro A donc tout le monde a hâte, que ce soit au sein du club, de la ville, des partenaires et bien sûr au niveau du public. On sent qu'il y a une grosse attente, on va avoir beaucoup d'abonnés et beaucoup de monde et ce dès ce match contre Orléans, qui est un rude adversaire. Sentez-vous qu'au même titre que Pau, vous êtes, de par votre histoire mais aussi votre recrutement, un promu pas comme les autres ? C'est clair qu'avec le CV de Pau et le nôtre on est différents des promus qu'on a l'habitude de voir, il ne faut pas se le cacher. Limoges était très attendu en Pro A et c'est maintenant chose faite, et c'est désormais à nous d'écrire notre propre histoire. Après, la saison risque d'être très difficile et compliquée car le championnat va être très dense. Mais j'espère qu'elle sera très intéressante et réussie. Votre premier obstacle s'appelle donc Orléans, une équipe qui était invaincue en préparation avant ses deux revers de rang face à Cholet lors du match des champions et contre Mariupol en Eurocoupe. Que vous inspire la formation de Philippe Hervé ? C'est une des meilleures équipes du dernier championnat, qui a gagné la Coupe de France et qui est toujours dans le top 3 ou 4 défensivement. Et même s'ils ont perdu certains joueurs de valeur comme Banks, ils ont recruté d'autres très bons joueurs comme Reynolds, et surtout Bell, qui est un gros poisson, sans parler d'Amara Sy voire d'autres... C'est une formation bien constituée, qui joue déjà très bien au basket comme on a tous pu s'en apercevoir en pré-saison. Et ils auraient d'ailleurs dû gagner à Cholet, ce qui montre bien qu'ils sont prêts. En plus, ils ont déjà trois gros matches de compétition dans les jambes. C'est donc un club très solide, bien coaché et qui n'occupe pas le haut du tableau depuis plusieurs années par hasard. Revenons à votre préparation, qui a été globalement positive, à part peut-être votre dernière sortie face à Vichy (52-66) ? Oui, tout à fait, et on est satisfait de notre évolution. On a pu construire une équipe qui nous paraît vraiment cohérente, avec une certaine hiérarchie, et la préparation s'est avérée concluante, exceptée notre dernière prestation face à Vichy. Mais on s'y attendait un petit peu car c'était notre troisième match en une semaine et on avait volontairement continué à travailler assez dur à côté. Sinon, globalement on a eu des résultats intéressants et physiquement on n'a pas eu de pépin physique jusqu'à maintenant. "Si la mayonnaise prend bien..." Votre recrutement, avec les arrivées de Zack Wright et surtout Cedrick Banks ainsi que Chris Massie, est vraiment impressionnant. En êtes-vous satisfait aujourd'hui ? On est très content d'avoir pu faire un recrutement comme ça, en plus des joueurs français qui nous ont aidés à monter l'année dernière. Mais vous savez, tous les coaches sont plutôt contents aujourd'hui mais certains le seront moins dans les jours ou les semaines à venir. Car il n'y pas de place pour tout le monde dans le haut du tableau. Aujourd'hui, on est plutôt contents de l'équipe qu'on a présentée. Mais on a hâte d'être au complet car pour le choix du dernier joueur, qui est censé remplacer Jeff Varem, on piétine un petit peu. On sait que, quelque part, il vaut mieux prendre encore un petit peu son temps et essayer d'avoir un joueur qui va nous convenir plutôt que de se précipiter et de regretter ensuite. Mais même si ça nous a ralenti un peu, ça permet aussi à tous les autres joueurs de prendre un peu plus de responsabilités, de la confiance, du temps de jeu,... Donc on espère que ce sera un mal pour un bien. Et concernant le cas de Travarus Bennett, pressenti pour remplacer Jeff Varem ? Pour l'instant, c'est lui qui sera qualifié. Mais malheureusement, il arrive de très loin physiquement. On pensait qu'il allait être en forme mais c'est difficile de juger un joueur à partir du moment où, physiquement, il est loin d'être à son meilleur niveau. Et il arrive dans une équipe en fin de préparation, plutôt affutée ce qui entraîne un décalage important. Donc on continue de le voir à l'entraînement mais on a quand même neuf joueurs professionnels et c'est sur ces joueurs là qu'on va compter, pour qu'ils soient au maximum de leur forme et de leur confiance. Et puis si on besoin de Travarus ce sera à lui de nous montrer qu'il peut nous aider, même sur des petites périodes. Vous disiez vouloir attendre de disposer de votre effectif au complet avant d'établir vos objectifs pour cette saison. Qu'en est-il aujourd'hui ? Le premier objectif, c'est de nous assurer un maintien confortable. On a vu par le passé que même des équipes à gros budgets comme Nancy, Villeurbanne ou Dijon n'étaient pas toujours à l'abri. Il n'y a jamais rien de facile, donc méfions-nous. Il ne faut donc pas placer la barre trop haut, même si on doit avoir de l'ambition. On s'est d'ailleurs dit entre nous qu'il fallait faire le maximum pour être dans le top 4 défensif. A partir du moment où on sera solide défensivement et collectivement, et qu'on arrive à développer un peu de talent offensivement, ça devrait donner de bonnes choses. Maintenant, il faut être bon des deux côtés du terrain mais d'autres équipes aussi ont la réputation d'être fortes défensivement, comme Orléans donc, Cholet et bien d'autres. Ça ne sera pas facile mais quand on commence une saison, on a toujours envie de faire la plus belle saison possible. Il y a différentes compétitions, éventuellement la semaine des As si la première moitié se passe bien, la Coupe de France, les play-offs,... Donc si la mayonnaise prend bien, si on a un peu de chance et pas trop de blessés et si on peut taquiner les gros de ce championnat, on ne va pas se gêner...