Domenech seul à la barre

  • A
  • A
Domenech seul à la barre
@ Reuters
Partagez sur :

BLEUS - La création d'un poste de manager général ne sera étudiée qu'après le Mondial.

BLEUS - La création d'un poste de manager général ne sera étudiée qu'après le Mondial. Réunis, jeudi, au siège de la Fédération française de football (FFF) à l'occasion d'un dîner "amical", les membres du Club France - organisme de tutelle des Bleus, n'ont pas écarté l'éventualité de créer un poste de manager général de l'équipe de France. Une possibilité qui ne sera toutefois étudiée qu'après la Coupe du monde. "Un manager de l'équipe de France ? Ce sera peut-être possible après la Coupe du monde", a ainsi confié Noël Le Graët, vice-président de la FFF. L'idée d'un manageur général placé au-dessus du sélectionneur national avait été lancée par Jean-Michel Aulas sur l'antenne d'Europe 1 en décembre dernier. "Il faut juste qu'il y ait entre l'entraîneur et l'homme qui prend les vraies décisions, une personne physique. Structurellement, il manque un patron à cette équipe de France. Il faut que le patron coordonne tout ça, qu'il ait suffisamment de personnalité. Ce serait peut-être aussi l'intérêt de Raymond Domenech d'avoir un homme fort qui le protège", avait déclaré le président de l'Olympique lyonnais alors prêt à endosser ce nouveau rôle. Louvel : "une réunion constructive" Présent, à l'instar de plusieurs représentants du football professionnel, à la soirée organisée par la Fédération, autour de Jean-Pierre Escalettes, président de la FFF, et de Raymond Domenech, le sélectionneur actuel des Bleus, Jean-Michel Aulas devra encore patienter avant de voir son idée prendre éventuellement forme. Aucun changement donc mais la "réunion [a été] constructive", selon Jean-Pierre Louvel, président de l'UCPF (Union des clubs professionnels français) - le syndicat des présidents de clubs. "On a bien entendu les arguments de Raymond Domenech sur ce qu'il voulait mener, sa volonté d'aller au bout de la Coupe du monde. A quatre mois de l'échéance, tout le football français doit être solidaire. Mais ça ne nous a pas empêché de parler de l'avenir, de ce que doit être la direction de l'équipe de France", a confié le dirigeant français. "On s'est tout dit, avec beaucoup de franchise. Il n'était pas question de s'adresser des reproches, mais à partir du constat que l'équipe de France est mal-aimée, qu'est-ce qu'il fallait faire ?", a poursuivi Jean-Pierre Louvel. Si rien n'a filtré de la teneur des débats, une chose est sûre, Raymond Domenech mènera seul les Bleus jusqu'en Afrique du Sud en juin prochain.