Déjà crucial pour l'Asvel

  • A
  • A
Déjà crucial pour l'Asvel
Partagez sur :

Mal en point en championnat, avec trois défaites au compteur et des remous en coulisses, Villeurbanne doit rebondir contre Nancy pour lancer sa saison, vendredi soir à l'Astroballe, lors de la 4e journée de Pro A. Un nouveau faux pas et la situation pourrait devenir extrêmement compliquée pour l'Asvel. Et son entraîneur Vincent Collet.

Mal en point en championnat, avec trois défaites au compteur et des remous en coulisses, Villeurbanne doit rebondir contre Nancy pour lancer sa saison, vendredi soir à l'Astroballe, lors de la 4e journée de Pro A. Un nouveau faux pas et la situation pourrait devenir extrêmement compliquée pour l'Asvel. Et son entraîneur Vincent Collet. Astroballe, les revoilà ! Deux semaines après avoir reçu Strasbourg, avec une défaite à la clé (67-83) et une crise provoquée par la mise à pied du pistolero portoricain Angel Daniel Vassallo, les Villeurbannais retrouvent leur public. Avec quel visage ? En quinze jours, rien n'a changé. Ou presque. L'arrivée de Matt Walsh, lundi, n'a fait que confirmer les limites d'une équipe dans le doute, battue deux jours plus tôt sur le parquet de Hyères-Toulon (66-74). Trois matches, trois revers, une élimination au tour préliminaire de l'Euroligue et un effectif trop limité: le bilan est rapide à faire et parle de lui-même. Il est mauvais. A l'aube d'accueillir Nancy, vendredi soir lors de la 4e journée de Pro A, les raisons de croire en un redressement sont rares. Elles se limitent presque à l'absence côté lorrain de Ralph Mims, meilleur marqueur du Sluc, victime d'une rupture des ligaments croisés du genou droit. Si l'état-major de l'Asvel refuse de parler de crise, difficile de qualifier autrement la situation que connaît actuellement le club rhodanien. Vincent Collet, l'entraîneur, attend après chaque rencontre une réaction qui ne vient pas. Tony Parker, le vice-président des opérations basket, admet que "ce sont des débuts difficiles", que "c'est décevant" et qu'"il faut rectifier le tir assez rapidement". Et Gilles Moretton, le président, se fait très discret. En sera-t-il de même si Villeurbanne subit sa quatrième défaite de la saison ? Angel Daniel Vassallo restera-t-il le seul à payer la note d'un début de campagne complètement manqué ? Collet conforté... pour l'instant Des questions que refusent de se poser les dirigeants. Ce n'est pas le moment. Pas encore. Mais ça pourrait vite le devenir. Après cette rencontre face au Sluc, l'Asvel se déplacera à Cholet, champion de France, et recevra Orléans, candidat au titre. Un calendrier pas évident dans lequel viendront se greffer, à partir du début du mois de novembre, les matches d'Eurocoupe. "Nous attendions autre chose, concède dans les colonnes du Progrès un Tony Parker désormais concentré sur la reprise de la NBA avec les San Antonio Spurs. C'est un peu bizarre et, maintenant, nous n'avons pas le choix. Il faut lancer notre saison contre Nancy." Facile à dire. A faire, c'est autre chose. Matt Walsh, un "fort scoreur" selon Vincent Collet, ne va pas tout régler à lui seul. "C'est un joueur agressif, qui aime percuter et jouer sur les pick and roll. Matt va nous donner des solutions offensives qui nous faisaient défaut depuis le début de la saison", annonce le coach rhodanien sur le site du club. Un entraîneur dont l'image de marque a pris un coup ces dernières semaines mais qui n'est pas menacé pour autant. "Si on avait voulu le couper, on l'aurait fait à la fin de la saison dernière, après la non qualification en play-offs, assure sur lyoncapitale.fr Anthony Thiodet, directeur exécutif de l'Asvel. Une confiance qui pourrait s'effriter si rien ne change sur le terrain.