Caen et le PSG sous pression

  • A
  • A
Caen et le PSG sous pression
Partagez sur :

La défaite semble interdite pour Caen et le PSG, qui s'affrontent ce samedi soir au Stade Michel-d'Ornano dans le cadre de la 30e journée de Ligue 1: Les Caennais pourraient voir le premier relégable, Monaco, revenir à égalité de points (en cas de victoire contre Lille), tandis que les Franciliens devraient vraisemblablement faire une croix sur la Ligue des Champions, s'enfonçant alors dans une mini-crise...

La défaite semble interdite pour Caen et le PSG, qui s'affrontent ce samedi soir au Stade Michel-d'Ornano dans le cadre de la 30e journée de Ligue 1: Les Caennais pourraient voir le premier relégable, Monaco, revenir à égalité de points (en cas de victoire contre Lille), tandis que les Franciliens devraient vraisemblablement faire une croix sur la Ligue des Champions, s'enfonçant alors dans une mini-crise... Battu par le leader lillois lors de la précédente journée (3-1), le Stade Malherbe de Caen est prêt à vivre une fin de saison sous haute tension. Les Normands doivent donc se donner de l'air, pour s'éloigner de la zone rouge et avoir ainsi une petite marge pour les dernières journées. Les hommes de Franck Dumas savent donc qu'il faudra sortir un gros match pour venir à bout du PSG. De leur côté, les hommes d'Antoine Kombouaré restent sur une série de quatre matchs sans victoire en championnat. Cela est évidemment incompatible avec l'idée d'accrocher la Ligue des Champions en fin de saison. Le club de la capitale devra donc retrouver les bases de son jeu, celles qui lui ont permis d'être sur le podium de la Ligue 1 de décembre à mi-février. Tout autre résultat qu'une victoire plongerait Claude Makalele et ses partenaires dans un profond doute... Guillaume Hoarau devrait faire son retour dans le groupe parisien, après avoir contracté une entorse au genou droit à l'entraînement vendredi dernier, tandis que Peguy Luyindula est encore incertain. De son côté, Franck Dumas devra se passer des services d'Anthony Deroin, suspendu, et de Grégory Tafforeau, touché au mollet.