Button touche au but

  • A
  • A
Button touche au but
Partagez sur :

F1 - Leader du championnat du monde avec une confortable avance, Jenson Button peut être sacré dimanche lors du Grand Prix du Japon.

Leader du classement des pilotes avec quinze longueurs d'avance sur son coéquipier Rubens Barrichello et vint-cinq sur Sébastian Vettel, Jenson Button est bien parti pour remporter le championnat du monde de Formule 1. Le pilote britannique peut en effet être sacré dès dimanche à Suzuka, mais ses concurrents sont à l'affût du moindre faux pas.Sans les tergiversations de la Fédération internationale de l'automobile, Jenson Button serait à cette heure champion du monde. Alors qu'il avait un temps été question d'attribuer le titre au pilote ayant remporté le plus de Grands Prix, la FIA avait fait machine arrière à la veille du coup d'envoi de la saison 2009. Or, si ces règles du jeu avaient été in fine adoptées, le Britannique et ses six victoires au compteur se seraient d'ores et déjà révélés intouchables.A trois courses du verdict, les dauphins de l'intéressé en la matière, les Lewis Hamilton, Sebastian Vettel et autre Rubens Barrichello, ne comptent en effet que deux succès cette saison. Et pour ces deux derniers, prime à l'unité oblige, l'espoir est encore de mise. Du moins mathématiquement. Jenson Button, fort d'une avance de quinze points sur son coéquipier brésilien et de 25 longueurs sur le jeune Allemand, ayant l'occasion de tordre une bonne fois pour toutes le cou au suspense ce week-end.Un circuit difficileS'il venait à engranger cinq points de plus que Rubens Barrichello au Japon, tout en concédant moins de six points de marge à Sebastian Vettel, le protégé de Ross Brawn coifferait en effet la première couronne mondiale de sa carrière. Pas une mince affaire toutefois, au vu du profil très particulier du circuit de Suzuka, et notamment de ce fameux virage 130R que les pilotes abordent à 300km/h et dans lequel l'intéressé avoue s'être "déjà fait quelques frayeurs.""C'est un circuit pour les vrais pilotes, comme ceux de Silverstone et de Spa", note Jenson Button. Une réflexion surprenante du Britannique qui n'a pourtant guère brillé en Angleterre et en Belgique cette année, dans ces deux temples de la F1 où il a essuyé deux de ses quatre revers directs face à son coéquipier auriverde. Poleman et vainqueur ici-même en 2003, Rubens Barrichello n'en demeure pas moins prudent quant à lui à l'heure de se plonger dans les méandres de Suzuka: "C'est un circuit difficile à cause de ces virages dans lesquels il faut être très précis et constant. Il faut une voiture particulièrement bien équilibrée pour passer un bon week-end là-bas."Un bon week-end... et pourquoi pas un week-end historique pour Brawn GP, qui raflera également le titre constructeurs si Red Bull ne récolte pas sept points de plus que l'écurie de Brackley au Japon. Les affaires paraissent il est vrai bien engagées. Et si la décision ne devait pas se faire à Suzuka, nul doute que Jenson Button saurait forcer son destin au Brésil ou à Abu Dhabi dans la foulée. A moins qu'il ne fasse plus fort encore que Lewis Hamilton, lequel avait gaspillé en 2007 ses 17 unités d'avance à deux Grands Prix du but pour finir coiffé au poteau par Kimi Räikkönen. "Ce sera très, très dur pour lui jusqu'au tout dernier moment", prédit d'ailleurs le champion du monde sortant...