Bryant laisse son empreinte

  • A
  • A
Bryant laisse son empreinte
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Malgré la défaite face à Memphis, Bryant a marqué un peu plus l'histoire des Lakers.

NBA - Malgré la défaite face à Memphis, Bryant a marqué un peu plus l'histoire des Lakers. Le match de la nuit : Memphis 95-93 LA Lakers La performance a le goût amer de la défaite, mais Kobe Bryant est bel et bien le plus grand phénomène que Los Angeles ait jamais connu. Au lendemain de sa prestation décisive devant les Celtics de Boston, le Laker en chef a de nouveau brillé la nuit dernière sous les paniers de la NBA, ajoutant la manière – et le chiffre – à l'art face à Memphis. Alors auteur de 44 points, pour 3 rebonds et 3 passes en 40 minutes, et crédité d'une adresse honorable, à 16/28 au tir et 4/7 au shoot primé, "the Black Mamba" a porté son total en carrière californienne à 25 208 points, soit 16 unités de mieux que le légendaire Jerry West, la référence absolue jusqu'alors en matière de gâchette chez les Angelinos. Ce record stratosphérique, Kobe Bryant l'a fait sien d'un dunk écrasé dans le troisième quart-temps, tandis qu'il s'évertuait à maintenir à flot une franchise de Los Angeles dépassée. Un abattage qui lui aura permis de ménager le suspense jusqu'au bout. Jusqu'à cet échec ultime d'un Ron Artest ainsi limité à 18 points, dans la foulée d'un tir bonifié et finalement fatal signé Rudy Gay (25 points en tout), le grand Grizzlie de cette affiche au côté d'un Zach Randolph qui aura fait honneur à son statut de nouveau joueur all-star, avec 22 points et 17 rebonds au compteur. De quoi mettre un terme à la petite série de quatre victoire des Lakers (95-93), et relancer des Grizzlies qui restaient sur deux revers de rang. Des Grizzlies redoutables quand il s'agit de défendre leur parquet, qui n'ont de cesse de démontrer cette saison qu'ils ne craignent personne. Pas même le patron de la conférence Ouest et son illustre artilleur. Les Français Ouf, Nicolas Batum est revenu! Et heureusement, l'ancien Manceau, de retour sur les parquets depuis huit jours après une absence de plusieurs mois, n'a pas traîné pour retrouver toutes ses sensations. Car pour le reste, la nuit aura été bien terne pour le camp tricolore. Sans surprise, Yakhouba Diawara et Johan Petro sont ainsi à nouveau restés confinés sur le banc, l'un en civil pour suivre la nouvelle déconvenue du Heat, cette fois face à des Bucks venus s'imposer 81-97 à Miami, l'autre pour assister, en tenue, au succès en prolongation de ses Nuggets face aux Kings 112-108. Et si Rodrigue Beaubois a échappé, lui, avec les Mavs, au DNP chez les Jazz, l'ancien Choletais n'a fait que passer dans le premier quart. Une petite minute de jeu, le temps de se faire siffler deux fautes, de manquer un tir et de lourdement retomber sur le dos en tentant de contrer Paul Millsap. Si lourdement que le Tricolore a été prématurément raccompagné aux vestiaires... Il n'y a donc bien eu que Nicolas Batum pour terminer la soirée avec le sourire. Le revenant français recevait pourtant la visite de son compatriote Boris Diaw. Mais non seulement, Diaw n'a pas brillé, se contentant de 6 points à 2 sur 4, 4 rebonds et 3 passes, mais les Bobcats ont vu leur belle série s'interrompre en s'inclinant 98-79 à Portland. Et Batum n'y a pas été pour rien, car s'ils sont six Blazers à avoir émargé à plus de dix points, le Tricolore a été particulièrement efficace avec 15 points à 7 sur 10 aux tirs et 9 rebonds en seulement 25 minutes.