Brajkovic bien en place

  • A
  • A
Brajkovic bien en place
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Brajkovic est toujours leader du Critérium du Dauphiné Libéré devant Contador.

CYCLISME - Brajkovic est toujours leader du Critérium du Dauphiné Libéré devant Contador.Le Critérium du Dauphiné Libéré empruntait pour la première fois de son histoire l'ascension vers l'Alpe d'Huez. Une nouveauté attendue à plus d'un titre puisque, d'une part les 21 lacets allaient lever le voile sur le futur vainqueur de l'épreuve, d'autre part pour juger l'état de forme d'Alberto Contador à tout juste trois semaines du début du Tour de France. Le coureur espagnol, qui n'était plus apparu en compétition depuis Liège-Bastogne-Liège le 25 avril dernier, a toujours clamé que le Dauphiné représentait pour lui une course de reprise et de préparation. Un succès à Sallanches dimanche ne faisait pas, officiellement, partie de ses priorités. Officieusement, il est permis d'en douter. Le Madrilène ne rechigne jamais sur une victoire de prestige, si elle est à portée de main. Oui mais voilà, un homme a contrarié ses desseins.Janez Brajkovic a fait honneur à son maillot jaune de leader qu'il porte depuis sa première place dans le contre-la-montre de Sorgues mercredi. Bon rouleur donc, le Slovène allait passer un test en montagne de grande envergure, sur l'une des ascensions mythiques du paysage cycliste mondial face au meilleur grimpeur des quatre dernières années. Et le résultat est plus que prometteur. Le coureur de la RadioShack savait pertinemment qu'il subirait les attaques de Contador dans les 21 lacets qui mènent à l'Alpe d'Huez. L'intérêt était de savoir jusqu'où il pouvait tenir... et la réponse est cinglante: jusqu'au bout! Contador n'est sûrement pas dans sa forme optimale, celle qui va l'emmener vers un troisième succès sur la Grande Boucle en juillet prochain, mais cela n'enlève rien à l'impression de puissance et de sérénité dégagée par Brajkovic.Brajkovic devrait être sacré dimancheLe scénario de l'étape était connu à l'avance. Une longue échappée, une poursuite lancée par l'équipe Astana jusqu'au pied de l'ascension finale et l'accélération de son leader. Contador passait donc à l'offensive à un peu moins de neuf kilomètres de l'arrivée. Après un dernier relais assuré par son coéquipier Hernandez fatal à l'Américain Tejay Van Garderen, deuxième du général au départ ce matin, le leader de la formation kazakhe plaçait une attaque franche et nette, en danseuse comme à son habitude. Rapidement, l'Espagnol prenait une trentaine de mètres d'avance sur ses poursuivants, parmi lesquels seul Janez Brajkovic parvenait à limiter la casse. Le Slovène faisait même bien mieux que cela en recollant à la roue de Contador, sans s'affoler, assis sur sa selle. Le double vainqueur du Tour de France appliquait alors son plan B, à savoir lâcher Brajkovic au train. Tactique payante quelques hectomètres seulement puisque le coureur de la RadioShack revenait une nouvelle fois.Ce petit jeu du chat et de la souris, finalement sans conséquence, profitait à Sylvester Szmyd qui rejoignait les deux hommes de tête. Le Polonais, vainqueur au sommet du Mont-Ventoux la saison dernière, pouvait-il se transformer en appui pour Contador, incapable à ce moment-là de l'ascension de lâcher Brajkovic ? Les attaques répétées du coureur de la Liquigas, parfois entrecoupées de brèves accélérations de l'Espagnol, trouvaient à chaque fois une réponse du porteur du maillot jaune, qui laissait une très bonne impression. Si bonne que le Madrilène, distancé d'1'41" au général, devait finalement se résoudre à lui disputer la victoire d'étape. Une consolation pour Contador, un sacré numéro pour Brajkovic qui devrait décrocher dimanche, sauf accident, le plus beau succès de sa carrière.