Bayonne, forteresse imprenable ?

  • A
  • A
Bayonne, forteresse imprenable ?
Partagez sur :

TOP 14: En recevant Castres, vendredi, dans le cadre de la 10e journée de Top 14, Bayonne aura à coeur de faire perdurer son invincibilité à domicile.

En recevant Castres, vendredi, dans le cadre de la 10e journée de Top 14, Bayonne aura à coeur de faire perdurer son invincibilité à domicile dans un stade Jean-Dauger rénové. Actuellement 12e au classement général, les Bayonnais devront impérativement l'emporter pour ne pas s'enliser dans les profondeurs du classement.12 500 places. Jean-Dauger est fin prêt. Avec l'ouverture d'une nouvelle tribune flambant neuve, prévue ce vendredi, l'antre de l'Aviron Bayonnais peut enfin ouvrir ses portes dans sa nouvelle configuration. Un soulagement et un moment attendu de longue date par tout un club, qui depuis le début de la saison, a mangé son pain noir en se déplaçant à six reprises lors des neuf premières journées du Top 14. Un calendrier assumé par les dirigeants, mais qui n'aura pas été sans conséquence pour les Basques, crédités de seulement trois victoires, toutes acquises à domicile, et premiers non-relégables avec trois points d'avance sur Montpellier.Des circonstances atténuantes qui, à l'heure de la reprise du Top 14, n'ont pas empêché Francis Salaïgoty, le président bayonnais, de sortir de sa réserve en début de semaine pour mettre l'ensemble des composantes de l'Aviron face à leurs responsabilités. Et à travers les propos du dirigeant filtrent de manière évidente les regrets d'un premier tiers de championnat au cours duquel si Bayonne a séduit dans le jeu, Bayonne s'est peut-être écarté de l'essentiel. "On a voulu un peu trop emballer notre jeu, on a fait du joli jeu, on est une équipe agréable à voir jouer, on est « sympathique », note ainsi Salagoïty dans les colonnes de Sud-Ouest. Mais l'important, à mon sens, c'est de gagner".Salagoïty: "Il y a certains fondamentaux qu'on avait oublié de travailler."Souvent brillants et même séduisants en effet face au Stade Français (38-24), pour la première délocalisation du club à Anoeta, capables de faire trembler Toulouse (21-17) ou Biarritz (12-6) sur leurs pelouses, les joueurs de Richard Dourthe ont aussi failli face au Racing (18-9) et surtout face à Albi, devenant la première équipe à tomber devant la lanterne rouge (19-14) dans un match de muerte.Il y a peu, le club basque se félicitait, et à juste titre, de placer trois de ses arrières, Fall, Peyras et Elhorga, dans le trio de tête des meilleurs marqueurs d'essais du Top 14. Et après... "Il y a certains fondamentaux qu'on avait oublié de travailler. C'est avoir un peu plus de stratégie dans notre jeu, au niveau de l'occupation surtout. (...) On a été un peu trop euphorique après nos trois matches à la maison, on s'est peut-être vu plus beaux qu'on ne l'est. " Un président, qui se met à évoquer le jeu, cela n'indique jamais rien de bon pour le staff technique en place. Pourtant, Salagoïty se défend de menacer le trio Dourthe-Mentières-Coyola, même s'il lâche: "J'espère que non." Et enchaîne: "Il y a trois matches à la maison pour trois victoires. Si on regarde notre classement britannique on est sixième, certaines équipes ont six réceptions." Marquée par un carton plein, dont une dernière victoire à Paris, face au Racing (20-16), la parenthèse européenne a permis de mettre les choses à plat. Le rendez-vous face à Castres n'en prend pas moins l'allure d'un tournant: "On a cinq matches devant nous et quatre réceptions. Le premier donnera le ton et doit nous entraîner dans une dynamique favorable." Les hommes du président sont prévenus.