Bastos libère l'OL

  • A
  • A
Bastos libère l'OL
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Grâce à deux buts de son Brésilien, l'OL s'impose à Tel Aviv (3-1).

LIGUE DES CHAMPIONS - Grâce à deux buts de son Brésilien, l'OL s'impose à Tel Aviv (3-1). Un soulagement. Enfoncé dans les limbes de la Ligue 1, l'Olympique Lyonnais trouve sur la scène européenne un bol d'air qu'il parvient à faire durer, et qui devrait prolonger du même coup le règne de Claude Puel. Vainqueurs de Schalke 04 (1-0) lors de la première journée de Ligue des champions, les Gones engrangent un deuxième succès de rang, mercredi, sur le terrain de l'Hapoël Tel-Aviv (3-1). Une victoire acquise en première période grâce à un doublé de Michel Bastos, déjà buteur deux semaines plus tôt, face au club allemand. Et les Lyonnais ne tardent à se mettre à l'abri, pour mieux éviter le piège face à l'équipe la plus faible de ce groupe B. Lancé dans la profondeur, Briand est fauché dans la surface par Badir. L'arbitre n'hésite pas, et désigne le point de penalty. Une sentence exécutée par Bastos (1-0, 8e). Si le milieu brésilien récidive en fin de première période d'une frappe limpide sous la barre (2-0, 36e), Toulalan et ses coéquipiers n'auront, entre-temps, pas montré un visage des plus sereins. Incapables de boucher les trous dans l'axe de l'entrejeu, les Rhodaniens se montrent également fébriles en défense. Écoutez Jean-Michel Aulas au micro de Jean-Charles Banoun : Enyeama, gardien buteur Les gants de Lloris sont donc plusieurs fois mis à contribution (24e, 31e, 35e). Si le portier lyonnais n'est plus vraiment inquiété en seconde période, ses coéquipiers ne réussissent pas à poser leur patte sur la rencontre, la faute à une maîtrise collective encore incertaine. Une fébrilité qui ressort sur cet accrochage idiot de Lovren sur Shechter dans la zone dé vérité, et qui offre l'occasion à Enyeama, gardien de but de son état, de relancer l'Hapoël sur penalty (2-1, 79e). De quoi réveiller la ferveur du public du stade de Bloomfield. Mais pas les vieux démons lyonnais. Le collectif de Claude Puel parvient en effet à remettre le pied sur le ballon et Pjanic marque même dans l'apathie de la fin de rencontre (3-1, 94e). Un troisième but qui apporte trois précieux points et qui permet d'envisager les huitièmes de finale avec sérénité. Un calme européen qui permettra peut-être de mettre un peu d'ordre dans la maison en Ligue 1, avec un déplacement à Nancy, dès samedi.