Bastareaud s'en tire bien

  • A
  • A
Bastareaud s'en tire bien
Partagez sur :

RUGBY - Mathieu Bastareaud a été condamné par la Fédération française de rugby à accomplir dix-huit activités d'intérêt général.

Le verdict est tombé. Pour son mensonge sur une prétendue agression survenue lors de la tournée estivale du XV de France en Nouvelle-Zélande, le joueur du Stade Français a été condamné lundi à accomplir dix-huit activités d'intérêt général au bénéfice du rugby amateur. Si celles-ci ne sont pas effectuées avant le 30 juin 2010, l'international tricolore sera suspendu trois mois.Le trois-quarts centre du Stade Français, Mathieu Bastareaud, a été condamné ce lundi par la Fédération française de rugby à trois mois de suspension en raison de son mensonge au sujet d'une prétendue agression lors de la tournée estivale du XV de France en Nouvelle-Zélande, en juin dernier. Une sanction que l'instance, "en application (de son) règlement disciplinaire", a remplacé par l'obligation d'accomplir dix-huit travaux d'intérêt général au bénéfice du rugby amateur avant le 30 juin 2010. "Si celles-ci ne sont pas effectuées dans les délais impartis, la suspension prononcée sera exécutive", précise la FFR dans son communiqué.L'affaire remonte au mois de juin dernier. Après un match perdu par les hommes de Marc Liévremont face aux All Blacks, Mathieu Bastareaud a affirmé avoir été agressé par des supporters néo-zélandais alors qu'il regagnait l'hôtel des Bleus à Wellington, en pleine nuit. Ses déclarations initiales avaient provoqué une vive émotion en Nouvelle-Zélande, où se déroulera la Coupe du monde 2011. La Fédération néo-zélandaise ainsi que le Premier ministre, John Key, avaient en effet présenté des excuses à la France.Les excuses de la FranceMais des images de caméras de surveillance de l'hôtel sont venus remettre en cause la version du joueur tricolore. Elles montraient en effet que ce dernier avait regagné sa chambre sans être blessé. Mathieu Bastareaud avait alors avoué la supercherie expliquant qu'il s'était blessé au visage en heurtant sa table de nuit, alors qu'il était ivre. Une version peu convaincante pour certains qui pensent que le joueur a en fait voulu camoufler une éventuelle rixe avec un ou plusieurs coéquipiers.Le mensonge de Bastareaud a alors provoqué un tollé en France, où la FFR et le Premier Ministre, François Fillon, ont à leur tour présenté des excuses à la Nouvelle-Zélande. Ce dernier a également tenu à dénoncer le "comportement injustifiable" de Bastareaud. Souffrant psychologiquement, le joueur du Stade Français a même été hospitalisé durant quelques jours dans un établissement de la région parisienne, avant de rejouer en Top 14 avec son club. Bonne nouvelle pour lui, sa carrière en bleu ne semble désormais plus compromise.