Baghdatis sort de l'ombre

  • A
  • A
Baghdatis sort de l'ombre
Partagez sur :

TENNIS - Deux après son dernier titre, Marcos Baghdatis s'est imposé en finale du tournoi de Stockholm face à Olivier Rochus (6-1, 7-5).

Plus de deux ans après son dernier titre, Marcos Baghdatis, handicapé par de nombreuses blessures, a renoué avec la victoire lors du tournoi de Stockholm. Le Chypriote s'est imposé dimanche en finale face au Belge Olivier Rochus (6-1, 7-5).Il voit enfin le bout du tunnel. Révélé à Melbourne début 2006, quand à la surprise générale et dans un immense élan de sympathie un Chypriote au grand coeur avait atteint la finale de l'Open d'Australie, Marcos Baghdatis a depuis connu beaucoup plus de hauts que de bas. Huitième mondial en juillet de la même année, le jeune homme installé depuis ses 13 ans dans la région parisienne, au sein de l'académie Mouratoglou qu'il a quittée depuis pour rentrer chez lui, a accumulé les pépins physiques qui l'ont tenu le plus souvent éloigné des courts. Une fois la cheville, puis le genou, le poignet et enfin le genou, Baghdatis a donné de sa personne. Et logiquement dégringolé, jusqu'à la 151e place début juillet, au classement ATP.Le natif de Limassol a donc dû repartir en bas de l'échelle, devant se résoudre à arpenter le circuit challenger et ses destinations pas toujours exaltantes. Ces dernières semaines, celui qui s'entraîne désormais avec l'Argentin Eduardo Infantino montait en puissance avec trois titres décrochés à Vancouver, Saint-Rémy-de-Provence et Tachkent. Le Chypriote sentait bien qu'il était sur la bonne voie quand à Pékin voilà trois semaines il chipait une manche à Rafael Nadal. A Stockholm, il n'a pas perdu la moindre manche. Face à Ferrero, Kendrick, Clément et Olivier Rochus ce dimanche en finale (6-1, 7-5) – il avait bénéficié du forfait de Söderling en demie hier -, l'ancien top ten a impressionné par sa constance du fond du court comme par son efficacité au service (15 aces ce jour). Pointant au 66e rang mondial cette semaine, Baghdatis, grâce à ce titre, le troisième de sa carrière après ceux de Pékin et Zagreb en 2006 et 2007, va faire un retour en force dans le Top 50. Il regretterait presque que la fin de saison pointe déjà le bout de son nez. Même si après avoir énormément dû prendre son mal en patience ces derniers mois, le Chypriote sait mieux que quiconque que le repos c'est la santé.