Andreu: "Plus comme le petit..."

  • A
  • A
Andreu: "Plus comme le petit..."
Partagez sur :

Elu révélation de la dernière saison au cours de laquelle il fut l'un des fers de lance de la belle saison castraise pour mieux devenir international et remporter le Grand Chelem, Marc Andreu, à l'image du Castres Olympique, sait qu'il doit s'imposer une profonde remise en question pour continuer à surprendre.

Elu révélation de la dernière saison au cours de laquelle il fut l'un des fers de lance de la belle saison castraise pour mieux devenir international et remporter le Grand Chelem, Marc Andreu, à l'image du Castres Olympique, sait qu'il doit s'imposer une profonde remise en question pour continuer à surprendre. Marc, on ne vit pas de regrets, mais dans cette H-Cup, où une victoire à l'extérieure vaut si cher, êtes-vous parvenu à digérer la défaite (18-14) concédée à Northampton ? Je crois qu'on a signé là-bas une belle partie et montré encore que cette équipe grandissait petit à petit, mais qu'il manque toujours ce petit quelque chose, même si on est parvenu à inscrire un essai. Il est certain qu'on aurait pu gagner le match si l'arbitre avait laissé l'avantage, mais il en a décidé autrement. Il faut savoir l'accepter, c'est comme ça, ça tournera en notre faveur un jour ou l'autre... Il y a des regrets. Néanmoins, le CO montre d'emblée sur ce match d'ouverture qu'il a les moyens de bien figurer dans cette Coupe d'Europe... On a une belle équipe, de très, très bons joueurs. Pour la plupart, on s'est défoncés l'année dernière pour avoir ce ticket européen et on n'a certainement pas envie de passer pour la « basse équipe » (sic) de cette Coupe d'Europe. On a vraiment envie de montrer un beau visage sur cette H-Cup. On a récupéré un premier bonus défensif à Northampton, où l'on nous annonçait pourtant largement vaincus, donc on est plutôt contents de ce résultat. "Il va finir par nous manquer des victoires " Après un début de saison, où Castres a souffert d'un manque de concrétisation de ses intentions, ce match à Northampton, malgré la défaite, peut-il servir de déclic selon vous ? Je crois surtout qu'au bout d'un moment, il va finir par nous manquer des victoires tout simplement. Là, l'opportunité nous est donné de les enchaîner puisqu'on va évoluer trois fois à la maison (Cardiff en H-Cup, Agen et Bourgoin en Top 14, ndlr). Je pense donc que ça peut constituer le déclic que l'on attend. Après, il sera temps de faire un premier bilan pour voir si on est enfin parvenu à passer ce cap, que l'on ne parvient pas pour l'heure à franchir, à savoir inscrire ces essais qu'on doit marquer à chaque fois qu'on traverse les lignes adverses. Il y a donc une urgence, il faut que ces intentions finissent par payer. Le contraire pourrait être dangereux pour le groupe ? Ces quatre points de la victoire, on les sent pas loin... C'est vrai que le groupe est bien, vit bien, se sent bien. Malgré les défaites, on sait qu'on fait du bon boulot, qu'on travaille bien ensemble, mais on n'obtient pas ces quatre points et c'est rageant à chaque fois. Il est évident qu'à la prochaine victoire, on sera aux anges, et en espérant qu'on puisse poursuivre sur cette lancée-là, enclencher quelque chose. Retrouver Pierre-Antoine, où vous êtes invaincus cette saison, vendredi face à ces Blues de Cardiff, c'est un atout de plus pour le CO... Cette équipe de Cardiff compte de très grands joueurs en ses rangs et il ne faut pas s'y tromper, c'est une grosse écurie qui se déplace vendredi, à Pierre-Antoine. Ça va être encore un gros test, comme d'ailleurs tous les matches de H-Cup. Sur nos terres, on n'a vraiment pas envie de perdre. C'est une formation vraiment solide en défense, avec aussi des individualités hors normes. Même si contre Edimbourg (victoire 18-17 à l'Arms Park, ndlr), ils n'ont pas pu toutes les exploiter et ont fait tomber quelques ballons. C'est vraiment une équipe capable de viser très haut. Il va falloir conserver une grosse solidarité entre nous, imposer une grosse défense comme on l'a mise à Northampton et après, jouer en contre-attaque les ballons perdus, bien les jouer, mais aussi être bons en conquête comme on l'a été à Northampton et comme on parvient à l'être depuis deux semaines. " Il y a un an, j'ai failli me retrouver sans club " Une conquête au rendez-vous, c'est un indice qui ne trompe pas en général à Castres... On a toujours eu une grosse conquête à Castres ; nos avants, c'est vrai, font toujours un boulot à chaque fois... Même quand c'est un mauvais match de notre part, les avants tirent leur épingle du jeu. Que ce soit en mêlée ou en touche, on, est plutôt gâtés, mais il faut savoir gagner ensemble. Le retour vendredi de Romain Teulet, laissé au repos à Northampton, doit aussi vous faire du bien... Quand il y a « Teu-teu » dans l'équipe, c'est certain que lorsqu'il y a une pénalité dans le camp adverse, à tout moment, il peut tout passer, c'est une sorte d'assurance. Après, on se doit aussi de marquer des essais pour le décharger de cette responsabilité, qu'il puisse un peu souffler, parce que ça peut être pesant, même si ça ne l'est pas... Lui montrer qu'on peut marquer des essais et des points, ça peut le soulager et le rendre encore meilleur, même si ce sera difficile. « Teu-teu » est un grand joueur, pas seulement un grand buteur, toujours parfait sous les chandelles. Elu par vos pairs en tant que révélation de la dernière saison, sentez-vous que le regard de vos adversaires notamment a changé sur vous ? Oui, ça changé, ne serait-ce parce qu'on ne me regarde plus comme le petit qui arrive... On est beaucoup plus concentrés sur moi et du même coup, il m'est beaucoup plus difficile de m'épanouir dans le jeu, même si ça ouvre des espaces pour mes coéquipiers, et c'est tant mieux. Après, ce n'est pas non plus une finalité, ça réclame même une grosse remise en question, c'est un prix de l'année dernière, donc il faut repartir de plus belle. C'est le plus difficile, travailler et se remettre en question. Dans la foulée, vous avez prolongé jusqu'en 2012 avec le CO. C'était une évidence ? Oui. Il y a un an, j'ai failli me retrouver sans club. Les deux coachs (Travers et Labit) m'ont récupéré et m'ont permis d'être international. C'est une manière de témoigner ma reconnaissance à leur égard parce qu'ils sont les premiers à m'avoir fait confiance. J'avais l'envie de poursuivre l'aventure avec eux.