Après son titre de champion du monde, Camille Lacourt savoure : "C'est un pur kiff !"

  • A
  • A
Partagez sur :

Sacré dimanche sur 50 m dos, Camille Lacourt a réussi son pari un peu fou, pour la dernière course de sa carrière. Avec à la clé, du plaisir et beaucoup d'émotions.

INTERVIEW

Il s'était lancé un pari et il l'a tenu. A 32 ans, Camille Lacourt a remporté dimanche à Budapest, son troisième titre de champion du monde du 50 m dos. Un exploit historique, rendu possible grâce la détermination de celui qui avait d'emblée décidé que cette finale serait sa dernière course avant de partir à la retraite. Forcément, l'émotion était forte au moment de tourner une belle page de sa vie.

"On pense aux bons moments et aux mauvais". Au bord des larmes sur le podium au moment de recevoir sa médaille d'or, Camille Lacourt a bien failli craquer. "C'était beaucoup d'émotions. Je ne suis pas quelqu'un qui pleure sur un podium mais j'avais envie de lâcher", reconnais le natif de Narbonne, interrogé par Europe 1. "C'était ma dernière course et la première fois que je peux me retourner sur tout ce qu'il s'est passé dans ma carrière. On pense aux bons moments et surtout aux mauvais, comment j'ai su rebondir quand c'était difficile. Tout ça, c'est beaucoup d'émotions", raconte le nageur qui s'entraîne à Marseille.

"Un pur kiff !". Camille Lacourt a profité à fond de cet ultime podium. "C'était un pur kiff ! J'ai adoré, j'ai profité à 100% de ce super moment", lâche-t-il avec le sourire. Au passage, il n'oublie pas ceux qui l'ont aidé à devenir l'un des nageurs français les plus titrés. "Ça m'a rappelé que sans beaucoup de personnes je n'en serais pas arrivé là. Je pense aux coachs, aux préparateurs physiques, aux kinés, à mes collègues d'entraînement, ma famille évidemment. Ils ont été indispensables. Et quand on se retourne, qu'on pense à eux, ça fait un pincement au cœur."

Un défi fou. Continuer, tenter une dernière saison alors que tous ses copains avaient arrêté, Camille Lacourt le reconnaît, "c'est ça qui a été le plus dur". Il a fallu "s'entraîner tout seul, faire des choses différentes". "C'était mon défi, j'avais envie de le relever et j'ai tenu jusqu'au bout. Je suis très content, finir comme ça c'est cool", se réjouit le nageur. C'est d'autant plus fort qu'il a fallu la gagner cette finale. Lacourt refait la course : "Quand je touche, je ne suis pas sûr à 100% que je gagne mais je vois que je suis un peu devant. Le tableau me le confirme et après c'est beaucoup de joie, de fierté. C'est un moment extraordinaire où on sait qu'on est le meilleur du monde. Ça ne dure pas longtemps mais c'est très intense".

Et maintenant ?  Camille Lacourt n'a pas de plan de carrière défini mais il affirme ne pas craindre la retraite dans les années à venir. "Je l'envisage comme une nouvelle vie. J'avais envie d'arrêter, j'ai choisi ma date de fin, donc ce n'est pas une petite mort, bien au contraire. C'est que du positif. Maintenant, à moi de renaître dans un autre registre mais je suis sûr que j'arriverai à m'épanouir", assure le champion.