Annapurna : un couple d'Italiens, le premier, grimpe ensemble les 14 plus hauts sommets du monde

  • A
  • A
Annapurna : un couple d'Italiens, le premier, grimpe ensemble les 14 plus hauts sommets du monde
L'Annapurna est l'un des sommets les plus hauts du monde.@ PRAKASH MATHEMA / AFP
Partagez sur :

Romano Benet et Nives Meroi sont le premier couple à avoir grimpé les 14 sommets les plus hauts de la planète, sans oxygène et sans l'aide de porteurs.

Les alpinistes italiens Romano Benet et Nives Meroi ont atteint jeudi le sommet de l'Annapurna, devenant du même coup le premier couple à avoir vaincu les quatorze sommets à plus de 8.000 mètres de la planète, annoncent les médias italiens. Romano Benet et son épouse Nives Meroi, 55 ans tous les deux, ont atteint jeudi matin à 09h locales le sommet de l'Annapurna, au Népal, qui culmine à 8.091 mètres, selon le Corriere della Sera.

Cinq campements successifs. L'ascension s'est déroulée, comme pour les treize autres sommets, sans oxygène et sans l'aide de porteurs, le couple ayant installé cinq campements successifs sur son parcours avant de partir pour la montée finale jeudi matin, depuis l'altitude de 7.200 mètres. "Cela a été l'ascension la plus dure mais aussi la plus belle", a raconté Nives Meroi à sa sœur Leila, citée par le Corriere della Sera. Pour réaliser son exploit, le couple originaire du nord de l'Italie a emprunté la voie dite "des Français", correspondant à la première expédition réussie sur l'Annapurna, en 1950, par une expédition française. L'Annapurna est avec le K2 (8.611 m) considéré comme le sommet le plus difficile et le plus dangereux, devant le toit du monde qu'est l'Everest.

34 alpinistes avant eux. Avant Romano Benet et Nives Meroi, seuls 34 alpistes étaient parvenus à vaincre les 14 plus hauts sommets de la planète (dont seulement la moitié sans oxygène), le premier d'entre eux étant le légendaire Italien Reinhold Messner, qui avait bouclé sa série en 1986 avant de prendre sa retraite. Chez les femmes, c'est la Coréenne Oh Eun-sun qui inscrivit son nom sur les tablettes en 2009 après l'ascension du Kangchenjung (8.586 m). Longtemps dans la course au titre féminin elle aussi, Nives Meroi avait choisi d'interrompre sa série d'ascensions la même année pour rester au chevet de son mari malade. Le couple avait repris l'escalade en 2012.