Altercation entre Le Graët, président de la FFF, et Champagne, candidat à la Fifa

  • A
  • A
Altercation entre Le Graët, président de la FFF, et Champagne, candidat à la Fifa
Jérôme Champagne est l'un des cinq candidats à la présidence de la Fifa.@ EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :

Selon le candidat français à la Fifa Jérôme Champagne, Noël Le Graët l'a insulté jeudi, tout en lui interdisant de présenter ses arguments devant la FFF.

Un rendez-vous jeudi matin dans une brasserie parisienne a tourné à l'altercation verbale entre le président de la FFF, Noël Le Graët, qui a refusé d'apporter son soutien à Jérôme Champagne, candidat français à la présidence Fifa, selon une information du Parisien.

Soutien à Gianni Infantino. Noël Le Graët, fervent soutien de Michel Platini jusqu'à son retrait de la course à la présidence de la Fifa, a informé Jérôme Champagne de sa décision de soutenir Gianni Infantino, candidat italo-suisse, n°2 de l'UEFA, a exposé le candidat français. C'est alors, selon Jerôme Champagne, que Noël Le Graët lui a refusé la possibilité de présenter ses arguments devant le comité exécutif de la FFF.

"Petit monsieur". "J'ai été insulté", a assuré Jérôme Champagne. Selon l'échange relaté dans Le Parisien, lorsque le candidat à la présidence de la Fifa a rétorqué qu'il allait "attaquer cette décision", de ne pas pouvoir présenter ses arguments devant la "3F", Noël Le Graët l'a qualifié de "petit monsieur", répétant à plusieurs reprises "je vous emmerde".

Les JO ? "Je n'en ai rien à foutre". Lors du bureau de la Ligue de football professionnel (LFP), au sein duquel Noël Le Graët est représentant de la FFF, qui se tenait jeudi, certains représentants de cet organe, ont fait part au président de la FFF de leur préférence pour Jérôme Champagne. Le Parisien écrit que certains représentants auraient notamment plaidé qu'"en tant que membre de droit du CIO, le futur président de la Fifa participera en 2017 au choix de la ville hôte des JO-2024, course dans laquelle est engagée Paris". Ce à quoi Noël Le Graët a répondu "les JO, je n'en ai rien à foutre", selon le quotidien.