Affaire de la sextape : Cissé laisse "le bénéfice du doute" à Benzema

  • A
  • A
Affaire de la sextape : Cissé laisse "le bénéfice du doute" à Benzema
@ AFP PHOTO / LOIC VENANCE
Partagez sur :

L'ancien attaquant français Djibril Cissé a estimé mardi qu'il fallait laisser le "bénéfice du doute" à Karim Benzema, mis en examen dans l'affaire de la sextape.

L'ancien attaquant français Djibril Cissé a estimé mardi qu'il fallait laisser le "bénéfice du doute" à Karim Benzema, mis en examen dans l'affaire de la sextape, alors que le Premier ministre Manuel Valls s'est prononcé pour sa mise à l'écart de l'équipe de France.

Benzema pas encore jugé "coupable". "Pour l'instant, il est mis en examen, mais il n'a pas été jugé et il n'est pas coupable", a-t-il affirmé lors d'un entretien dans le cadre de la sortie de sa biographie Un lion ne meurt jamais. "Laissons-lui le bénéfice du doute, le temps de s'expliquer et laissons la justice faire son travail. J'attends de voir ce qu'il a à dire, comme beaucoup de Français. Mais je ne suis pas pour le matraquage et je laisse la justice et la police décider. Ce sont eux qui ont les informations. Ne soyons pas trop méchants avec lui pour l'instant."

Voir si Benzema "a l'air sincère". "Karim a fait beaucoup de bien à l'équipe de France, il a mis beaucoup de buts, il a été décisif, a-t-il ajouté. Tant qu'il est sélectionnable et qu'il fait le boulot, ça ne me dérange pas de le voir porter le maillot de l'équipe de France. Il est titulaire au Real Madrid, il fait ce qu'il faut, ce n'est pas pour rien. Il faut l'écouter et voir s'il a l'air sincère ou pas et se faire une idée. Mais même l'idée des gens, ce n'est pas ce qui compte, ce qui compte c'est ce que décideront la police et la justice." Benzema a été mis en examen le 5 novembre pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs" visant Mathieu Valbuena. Il doit s'exprimer pour la première fois sur cette affaire au journal de 20h de TF1 mercredi.

Cissé entendu dans l'affaire. Djibril Cissé est aussi revenu sur son cas personnel puisque son nom est apparu au début de l'affaire de la sextape. Placé en garde à vue le 13 octobre dans les locaux de la police judiciaire de Versailles, il en est ressorti sans être poursuivi au bout de douze heures. "Ce n'est pas plaisant d'être dans des histoires comme ça, surtout quand on n'a rien fait, a-t-il expliqué. Les malfaiteurs m'ont contacté pour que je fasse chanter Mathieu. J'ai prévenu Mathieu, point. Il a ensuite porté plainte, il m'a cité, il fallait m'entendre et la police a vu qu'il n'y avait rien d'exceptionnel dans mon cas. C'est tout."