#ParisWeLoveYou, un hashtag pour attirer les touristes après les attentats

  • A
  • A
#ParisWeLoveYou, un hashtag pour attirer les touristes après les attentats
Les professionnels du tourisme souhaitent inciter les touristes à revenir à Paris.@ AFP
Partagez sur :

TOURISME - Le secteur touristique, durement touché par les conséquences des attentats à Paris, choisit de rebondir avec une nouvelle campagne de communication.

Le tourisme, secteur économique le plus touché par les attentats du 13 novembre à Paris, lance mardi une campagne via les réseaux sociaux pour redorer son image dans la capitale, ont annoncé les dirigeants d'Alliance 46.2, qui regroupe différentes entreprises touristiques. 

Solidarité. Soutenue par la mairie de Paris et une cinquantaine d'entreprises liées au tourisme, la campagne, baptisée #ParisWeLoveYou utilisera abondamment les réseaux sociaux et sera ensuite déclinée en structures géantes dans Paris. Pour Gérard Brémond, président de Pierre et Vacances et président d'Alliance 46.2, il s'agit "non pas une campagne de promotion, mais d'une campagne de solidarité".

Comment ça marche ? Dans un premier temps, Parisiens ou amoureux de Paris peuvent s'inscrire sur le site Internet parisweloveyou.fr, avec leur profil Facebook, Twitter ou Instagram, puis ajouter une photo des lieux emblématiques de la capitale. Une mosaïque de photos sera ensuite générée puis imprimée pour faire l'objet de plusieurs installations à partir de janvier 2016 à travers des sculptures "de haute taille" en bois "dans un lieu typique de la vie parisienne", a précisé le directeur général de l'Alliance 46.2, Frédéric Pierret.

Une campagne d'affichage dans les cafés, restaurants, cinéma de Paris appuiera cette initiative dont le coût n'a pas été révélé.

"Sauvegarder l'image de Paris". Le secteur de l'hôtellerie, qui a perdu 9,3% de son chiffre d'affaires après les attentats, peine à trouver un second souffle malgré les fêtes de Noël. Les Galeries Lafayette ont vu la fréquentation de leurs magasins chuter de 20% pour leur clientèle française. Philippe Houzé a cependant affirmé que "les entreprises ne font pas cela pour faire remonter la fréquentation, mais pour sauvegarder l'image de Paris". "Les mots de guerre ont été prononcés, il faut illustrer que la vie a repris à Paris et casser cette image d'une ville en guerre", a-t-il ajouté.