"Vous devez faire attention à la manière dont votre viande a été produite"

  • A
  • A
Partagez sur :

Marion Guillou, auteure de "9 milliards d’hommes à nourrir", a fait le point sur l'impact environnemental de la production de viande.

INTERVIEW

Les Européens doivent-ils changer de régime alimentaire pour produire moins de gaz à effet de serre, comme le suggère une étude suédoise parue lundi ? Cette piste compte, mais cette diminution passe également par une évolution des techniques agricoles, explique Marion Guillou, ancienne directrice de l'Inra (Institut national de la recherche agronomique) mardi dans la Matinale d’Europe 1. Il existe trois moyens principaux pour atteindre l’objectif européen de réduction de ces émissions de 80 à 95% en 2050 par rapport à 1990. Le plus efficace consiste à réduire la fertilisation et l’utilisation d’engrais de 50%. Le deuxième revient à couvrir les fosses à lisier pour atténuer les émissions de méthane. Le troisième moyen le plus efficace touche aux habitudes alimentaires.

L'élevage de volaille moins polluant que l'élevage bovin. Dans ce domaine, les choses ne sont pas aussi simples qu’elles en ont l’air. Faut-il cesser toutes consommation de viande ? "Non, on n’en est pas là", sourit Marion Guillou. "L’étude compare plusieurs types de régimes, et notamment le régime végétarien à un régime avec du porc et de la volaille : le premier émet plus de gaz à effet de serre que le second." L’élevage de volailles est moins polluant que la production de viande bovine. Mais il faut également prendre en compte la manière dont est produite cette dernière.

Les vaches émettent effectivement beaucoup de gaz à effet de serre, notamment du méthane - 8% des émissions françaises de gaz à effet de serre viennent de leurs flatulences - et certaines en produisent plus que d’autres. "En France, la viande bovine vient majoritairement des vaches laitières, mais on élève aussi des bovins seulement pour la viande. Ils ne sont pas nourris pareil : selon leur mode d’alimentation, la viande est plus ou moins émettrice de gaz à effet de serre." La plupart des vaches élevées pour la viande sont nourries avec de l’herbe, ce qui produit moins de gaz à effet de serre. "Si vous augmentez la productivité d’une vache, l’émission de gaz à effet de serre par kilo de viande ou par litre de lait diminue", ajoute Marion Guillou. Et de résumer : "Vous avez une attention à porter à la manière dont votre viande a été produite".