Violent, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel s'était vu prescrire des antipsychotiques

  • A
  • A
Partagez sur :

"Séducteur", extrêmement "violent", "perturbé"... Le portrait de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel se fait plus précis à mesure que de nouvelles informations sont dévoilées.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

"Il n'était vraiment pas normal, ça c'est certain. Perturbé grave". Omar est un cousin de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. Il est originaire du même village en Tunisie et connaît bien la famille du tueur de Nice, qui a fait au moins 84 morts et de très nombreux blessés le 14-Juillet, sur la Promenade des Anglais.

Des neuroleptiques. Au micro d'Europe 1, Omar évoque une famille régulièrement en proie à "la dépression". "Il avait quand même dix frères et sœurs et ils sont tous complexés de nature", raconte-t-il. En Tunisie, après des accès de violence envers ses parents, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel s'était d'ailleurs vu prescrire des antipsychotiques, des médicaments psychotropes utilisés pour leur effet tranquillisant.

Des cours de salsa pour séduire. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était arrivé en France il y a une dizaine d'années. Il y avait épousé sa cousine, Hajer Khalfallah, avec qui il avait eu deux filles et un garçon. Mais le terroriste était un séducteur, qui finissait par assumer pleinement ses infidélités. Son voisin, Ahmed, avait tenté de le raisonner. "Un soir à la fête des voisins, il a pris une voisine et il a commencé à danser avec elle. Je lui ai dit d’arrêter ce qu’il était en train de faire, de s’occuper de sa famille, de ses enfants surtout. Mais ça ne l’intéressait pas", se souvient-il. Grand brun, adepte de la musculation, il fréquentait assidûment les cours de salsa. A la salle de sport, on croit savoir que c'était essentiellement pour les rencontres.

Extrêmement violent. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était surtout connu pour son extrême violence, pour laquelle il avait été plusieurs fois condamné. "Il n'avait aucun respect pour sa belle-famille, pour sa femme qui est une fille vraiment gentille, remarquable", raconte un proche. "C'était quelqu'un de très agressif, qui la battait, la maltraitait. Ça se passait très, très mal. Elle a déposé plusieurs plaintes à son encontre". Plusieurs témoignages attestent également de la violence du tueur de Nice envers ses enfants et sa belle-mère.

Des packs de champagne chez lui. Les voisins de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel n'ont jamais soupçonné chez lui d'extrémisme religieux. Et pour cause, "il ne faisait pas de ramadan, pas de prières et il mangeait du porc", atteste un voisin au micro d'Europe 1. "Je suis allé chez lui, il y avait des packs de bouteilles de champagne. Il buvait de l’alcool et un musulman ne boit pas d’alcool". Pour ce voisin, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel "a pété un boulon parce qu’il avait des problèmes avec sa femme. Il s’est dit 'je vais tuer le plus de monde possible. Au moins on parlera de moi quand je serai mort'".

Dans l’immeuble où il habitait seul depuis sa séparation, sa voisine de palier dit l’avoir aperçu la dernière fois avec un tout début de barbe. A une autre, il affirmait récemment ne pas boire d’alcool. Seuls changements, très ténus, qu’elles avaient remarqués avant le drame.