Violences policières : un collectif adresse 68 réclamations au Défenseur des droits

  • A
  • A
Violences policières : un collectif adresse 68 réclamations au Défenseur des droits
Les manifestations contre la loi Travail ont donné lieu à de nombreuses arrestations.@ MIGUEL MEDINA / AFP
Partagez sur :

Ces réclamations ont été portées par le Collectif Stop Violences Policières.

Gazages, coups de matraques "gratuits", insultes : un collectif a adressé en juillet au Défenseur des droits 68 réclamations contre des violences policières lors des manifestations contre la loi Travail, à Paris et dans le reste de la France.

Des violences "en train de se normaliser". "Alors que l'état d'urgence reste en vigueur, notre collectif, et bien d'autres, entend visibiliser une situation extrêmement répressive qui est en train de se normaliser", annonce mercredi dans un communiqué le Collectif Stop Violences Policières, à la veille d'une nouvelle mobilisation dans la rue. Ce collectif émane du groupe Defcol (Défense collective) qui s'est constitué lors du mouvement pour aider les manifestants arrêtés.

"Des sanctions" selon Cazeneuve. "Il y a eu des sanctions (...) très significatives", a répondu le ministre de l'Intérieur mercredi sur France Inter. "À chaque fois qu'il y a des policiers dont les agissements ne sont pas conformes à ce que sont les principes de droit et l'usage proportionné de la force, il y a systématiquement des sanctions". Interrogé sur le nombre précis de policiers sanctionnés, Bernard Cazeneuve a déclaré qu'il communiquerait un chiffre "dans les heures qui viennent".

Des "intimidations de manifestants" ? Si certains cas ont donné lieu à des plaintes devant l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices", le collectif déplore dans son communiqué des cas d'"intimidations de manifestants blessés", "dont la bonne foi était mise en doute par des agents" de police. Les manifestations contre la loi Travail au printemps et au début de l'été ont été marquées par des incidents et des affrontements récurrents avec les policiers, qui déplorent avoir été confrontés à une violence accrue de la part de militants et de casseurs.