Violence verbale : ces phrases qui peuvent marquer à jamais vos enfants

  • A
  • A
Violence verbale : ces phrases qui peuvent marquer à jamais vos enfants
IMAGE D'ILLUSTRATION @ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

A partir de mardi, deux associations diffusent un spot vidéo pour sensibiliser à ces "violences verbales".

Elles sont parfois prononcées sans que l’on se rende compte de leur impact. On les a parfois entendues étant plus jeune, et l’on se dit "on a survécu, il n’y a pas mort d’homme". Pourtant, certaines phrases prononcées par les parents peuvent avoir des conséquences considérables sur le développement de l’enfant. A partir de mardi, les associations "Observatoire de la violence éducative ordinaire" et "StopVeo - Enfance sans violences" diffusent un spot vidéo pour sensibiliser à ces "violences verbales" dont on ne mesure pas toujours l’effet.

"Toutes les violences verbales peuvent avoir des répercussions sur les enfants. Le but n'est pas de culpabiliser mais de réfléchir sur nos pratiques éducatives", explique le médecin Gilles Lazimi, coordinateur de cette campagne. Le but selon lui : "ne pas minimiser ces phrases que l'on emploie". À quel type de phrases font-ils allusion et par quoi les remplacer ? Eléments de réponse.

Des phrases qui perturbent "l’estime de soi". "Qu'est-ce que j'ai fait pour avoir un fils comme toi", "tu as toujours été plus lent que ton frère",  "ah si j'avais su, j'aurais pas fait d'enfant", "ne mets pas ce tee-shirt, il te fait des gros bras", "tu n'es qu'un bon à rien"… Dans le clip diffusé par les associations, cinq adultes témoignent de "la petite phrase" qui les a marqués enfants. Parfois prononcées à la légère ou sous le coup de l’énervement, ces "violences verbales" peuvent faire des ravages.

"Elles ont en commun de porter atteinte à la construction de l’estime de soi, de remettre en cause l’enfant dans ses compétences", décrypte pour Europe1.fr le pédopsychiatre Gilles-Marie Valet, auteur de 101 Règles d'or de l'Education Bienveillante (Editions Larousse). "Ce qui est pernicieux, c’est que les parents ne se rendent pas forcément compte que cela peut avoir un impact très important sur la construction de la personnalité. Ce type de phrases peut entraîner ce qui, plus tard, va vous rendre mal dans votre peau, hésitant, va vous faire dire ‘oui’ à tout. Cela affecte l’estime de soi et la manière dont on va construire son rapport aux autres", poursuit le spécialiste. Qui insiste : "Cela peut aussi provoquer de l’eczéma, des troubles digestifs inexpliqués, du stress… L’impact est difficilement imaginable".

Par quoi les remplacer ? Dans une éducation traditionnelle française où l’échec est difficilement pardonnable et où la réussite n’est pas toujours mise en avant, ce type de phrases est plus courant qu’on ne le pense, assurent les spécialistes. Pour les remplacer, il n’y a pas de recettes toutes prêtes, d’autant qu’il est parfois difficile de se contrôler sous l’emprise de la colère ou de la déception. Mais il y a tout de même quelques principes à avoir en tête.

"Le premier d’entre eux, c’est qu’il est préférable de dissocier l’individu, l’enfant, de ses propos et de son action. Il est préférable  de dire ‘ta note n’est pas satisfaisante, il va falloir travailler’ que ‘tu es nul’ ; de même, dire ‘tes propos sont inadmissibles’ est préférable à ‘tu es vulgaire ou tu es insupportable’", conseille Gilles-Marie Valet. "L’idée, c’est d’éviter de coller une étiquette à laquelle l’enfant va adhérer. Si on lui dit, ‘tu es un petit voleur’, il risque de le prendre au mot et de se dire : ‘puisque je suis comme ça, je vais continuer à voler’", poursuit le pédopsychiatre.

Dire ‘c’est dur de se lever ce matin‘ est toujours préférable à ‘je n’en peux plus de ce gamin' !

Deuxième principe à toujours garder à l’esprit : il est toujours mieux d’éviter les commentaires trop généraux. "Dire ‘sois gentil’ n’a aucun sens. L’enfant ne sait pas trop ce que ça veut dire. Il risque de se forcer à garder le silence, ou de donner tous ses gâteaux à la récré", poursuit le spécialiste. Ainsi, il est préférable de s’adapter à chaque situation, et de donner des injonctions concrètes, du type : "nous sommes dans tel endroit, et il faut parler à voix basse" ou "dit merci à tes grands-parents quand ils te donnent quelque chose".

Enfin, il est préférable d’éviter les mots décourageants et rabaissants. Selon Gilles-Marie Valet, parfois, la "violence verbale" se cache même dans des petites phrases en apparence anodine, susceptibles de favoriser une angoisse injustifiée chez l’enfant, du type "attention, tu vas tomber". "Il vaut mieux dire ‘regarde où tu mets les pieds et tu ne tomberas pas’. C’est une injonction encourageante, positive. De même, dire ‘c’est dur de se lever le matin‘ est toujours préférable à ‘je n’en peux plus de ce gamin !’", détaille Gilles-Marie Valet.

Des conseils qui s’appliquent dès le plus jeune âge, et qui vaudra toujours à l’adolescence, où il faudra trouver le périlleux équilibre entre "tomber dans le piège du conflit et renoncer à son autorité".