Viol présumé au 36 quai des Orfèvres : la justice prononce un non-lieu général

  • A
  • A
Viol présumé au 36 quai des Orfèvres : la justice prononce un non-lieu général
@ AFP
Partagez sur :

Deux ans après les faits, les juges d'instruction ont décidé de ne pas renvoyer devant les assises les deux policiers accusés du viol d'une touriste canadienne. Le parquet a fait appel.

INFO EUROPE 1

L'affaire avait secoué le 36, quai des Orfèvres, il y a un peu plus de deux ans. Une touriste canadienne accusait trois policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de l’avoir violée dans les locaux de la police judiciaire (PJ), un soir d'avril 2014. Selon les informations recueillies par Europe 1, la justice a prononcé un non-lieu général dans ce dossier où deux policiers avaient été mis en examen pour "viol en réunion". Le parquet de Paris, qui avait requis un renvoi aux assises, a fait appel mercredi après-midi. 

Le parquet avait requis un renvoi aux assises. D'après nos informations, les juges d'instruction mettent hors de cause les trois fonctionnaires du "36". En juin dernier, le parquet de Paris avait pourtant requis le renvoi devant la cour d’assises de deux d'entre eux, mis en examen pour "viol en réunion". Le troisième policier, lui, avait été placé sous le statut de témoin assisté. Tous trois avaient été suspendus à l'époque par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. 

La parole de la victime mise en doute. Dans leur ordonnance, les juges estiment notamment, selon les informations d'Europe 1, que les propos de la victime présumée se révèlent trop "souvent défensifs" et empêchent donc "de se fonder sur la sincérité de sa parole pour reconstruire les faits qu'elle dénonce". Mais ils ont aussi noté "les silences et les mensonges" des policiers dans leurs déclarations.

Néanmoins, les magistrats chargés d'instruire le dossier jugent que ces mensonges s'expliquent "plus simplement que les incohérences du discours" de la victime présumée, justifiés par la volonté des deux policiers "de se défendre" et "de dissimuler des pratiques sexuelles extra-conjugales". 

La touriste canadienne fait appel du non-lieu... L'avocat de l'un des deux policiers, âgés de 37 et 46 ans, s'est félicité auprès de l'AFP que les juges d'instruction aient "tenu compte des contre-vérités et des incohérences dans les déclarations de la plaignante". "Mon client, dont la vie familiale et professionnelle a été dévastée par ces accusations, est ému et soulagé que son innocence soit ainsi reconnue", a réagit Me Sébastien Schapira.

... le parquet aussi. Le conseil de la touriste canadienne, Me Sophie Obadia, a quant à elle annoncé auprès de Metronews avoir immédiatement fait appel. "Dire que les policiers de la BRI ne seront pas jugés est faux. Il le seront, je vous le garantis. [...] Cette décision de la justice ne tient pas compte des trois-quarts du dossiers", a dénoncé l'avocate. Le parquet de Paris a également fait appel de ce non-lieu, mercredi après-midi. 

Le rappel des faits. L'affaire, qui avait fait grand bruit, remonte au printemps 2014. Le 22 avril au soir, un groupe de policiers de la BRI se rend au pub irlandais situé juste en face du 36, quai des Orfèvres, en plein cœur de la capitale. Là, ils sympathisent avec une touriste canadienne en vacances à Paris. A la fin de cette soirée arrosée, la jeune femme, âgée de 34 ans, flirte avec un policier de l’Antigang. Le fonctionnaire et l'un de ses collègues lui proposent alors une escale au prestigieux siège de la police judiciaire parisienne, pour y récupérer des affaires et faire visiter les locaux à sa conquête, dont le père est policier au Canada.

Dans le huis clos de la nuit, au 4ème étage du fameux "36", la Canadienne affirme avoir été violée par trois policiers, dont certains rencontrés dans le pub. Un peu plus tard, elle ressort en larmes des locaux de l'Antigang, très choquée. Dix heures après les faits, la jeune femme - avec encore 0,5 gramme d'alcool dans le sang - va déposer plainte au commissariat du 4ème arrondissement de Paris, initiant le début de cette affaire hors norme. 

Des versions contradictoires. Parmi les policiers mis en examen, l'un des deux avait reconnu une relation "consentie", mais l'autre avait nié toute relation sexuelle. Les empreintes génétiques des deux fonctionnaires mis en examen avaient été retrouvées sur les sous-vêtements de la jeune femme, avec une troisième trace génétique inconnue. Une opération sans précédent de prélèvements ADN sur les fonctionnaires de la PJ, présents le jour des faits, avait alors eu lieu, début septembre 2015. En vain.

A la fin du mois, des confrontations avaient été ensuite organisées, lors desquelles chaque partie avait campé sur ses positions. Une reconstitution avait également eu lieu au même moment, en l’absence toutefois de la plaignante.