Villiers-le-Bel : les familles font appel

  • A
  • A
Villiers-le-Bel : les familles font appel
Partagez sur :

Les familles des deux adolescents morts dans une collision en 2007 vont faire appel du non-lieu ordonné pour les policiers.

Elles ont toujours contesté la version des policiers. Les familles des deux adolescents, qui ont trouvé la mort en novembre 2007 dans la collision de leur mini-moto et d'un véhicule de police à Villiers-le-Bel (Val d'Oise), vont faire appel de l'ordonnance de non-lieu rendue contre les gardiens de la paix vendredi dernier.

"La juge d'instruction, comme la procureure, considère que la moto des adolescents est la cause exclusive de l'accident. Elle écarte toute responsabilité du véhicule, nonobstant la vitesse de franchissement du carrefour", a expliqué l'avocat des familles, Me Jean-Pierre Mignard. "Elle ne répond pas à l'argument qui est l'absence de gyrophare et d'avertisseur du véhicule de police", a-t-il ajouté.

L'ordonnance de non-lieu est "une fin de non recevoir, c'est un camouflet", selon l’avocat. Elle a été rendue par un juge d'instruction de Pontoise, le vendredi 23 octobre, dans l'affaire de la collision, qui avait coûté la vie le 25 novembre 2007 à Mushin et Lakamy. Deux jours de violences entre jeunes et forces de l'ordre avaient suivi l’accident et le décès des deux jeunes.

Lors d'un premier procès relatif à ces événements, en juillet, dix personnes, accusées de jets de pierre et de projectiles sur des policiers, ont été condamnées à des peines allant de un à trois ans de prison ferme. Mi-octobre, cinq autres personnes ont été renvoyées devant les assises pour avoir tiré avec des armes à feu sur les policiers. Elles seront jugées à la fin de l'année ou au début 2010.