Vers un nouveau plus bas historique de la polio en 2016, mais les efforts doivent se poursuivre

  • A
  • A
Vers un nouveau plus bas historique de la polio en 2016, mais les efforts doivent se poursuivre
Au Pakistan, des vaccinateurs frappent directement à la porte des habitants pour faire de la prévention.@ ASIF HASSAN / AFP
Partagez sur :

La poliomyélite est encore présente au Pakistan, en Afghanistan et au Nigéria. L'OMS souhaite éradiquer définitivement la souche du virus en 2019.

Seulement 27 cas de poliomyélite causés par la souche sauvage du virus ont été recensés depuis le début de l'année dans le monde, soit le plus faible niveau historique, a indiqué lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant toutefois à ne pas baisser la garde.

28 ans de lutte. En 1988, année du lancement de l'Initiative mondiale pour l'éradication de la polio, on dénombrait encore 350.000 nouveaux cas de cette maladie infectieuse causée par un virus envahissant le système nerveux, qui peut engendrer des paralysies irréversibles en quelques heures et qui touche surtout les enfants en bas âge. Des souches sauvages de la polio subsistent à l'heure actuelle dans trois pays : le Pakistan, l'Afghanistan et le Nigeria.

Trois pays touchés. Au Pakistan, 15 nouveaux cas ont été identifiés depuis le début de l'année (contre 54 sur l'ensemble de 2015), 8 en Afghanistan (20 en 2015) et 4 au Nigeria, où la poliomyélite a refait surface cette année pour la première fois depuis 2014, dans une région du nord-est rendue difficile d'accès en raison de la présence du groupe islamiste Boko Haram. Une campagne de vaccination a été lancée dans l'urgence au Nigeria fin août, ainsi que dans plusieurs pays limitrophes. 

Campagnes de vaccination. Au Pakistan et en Afghanistan, "nous avons développé une approche communautaire de la vaccination, en ayant des vaccinateurs locaux pour frapper aux portes, de préférence des femmes" pour inspirer confiance, a expliqué Zubair Wadood, coordinateur pour l'OMS de la lutte contre la polio au Pakistan. Il s'exprimait lors d'un colloque organisé lundi à Paris par le fabricant de vaccins Sanofi Pasteur et le Rotary International, à l'occasion de la Journée mondiale contre la polio.

Encore des risques de résurgence. L'OMS reste en alerte dans une dizaine d'autres pays d'Asie et d'Afrique où peuvent apparaître des cas de souches sauvages importées, ou de très rares cas causés par un type de vaccin oral de type 2, qui a été remplacé cette année (trois cas recensés à ce jour en 2016). La polio était réapparue en 2013 en Syrie et en 2014 en Irak, mais cette résurgence avait pu être stoppée après une campagne de vaccination de 18 mois. Cependant les conflits toujours en cours dans ces deux pays ainsi qu'au Yémen "continuent de freiner les efforts de vacciner tous les enfants de moins de 5 ans", selon un communiqué de l'OMS lundi.