Vers la reconnaissance par l'Eglise d'un miracle à Créteil

  • A
  • A
Vers la reconnaissance par l'Eglise d'un miracle à Créteil
Le prêtre martyre Jerzy Popieluszko, béatifié en 2010, pourrait être canonisé après un miracle à Créteil.
Partagez sur :

Le Vatican a enquêté sur un cas de "guérison inexplicable" dans le Val-de-Marne. 

L'Église catholique a terminé son enquête concernant un cas de guérison "étonnante", en 2012, d'un patient du Val-de-Marne, près de Paris, atteint d'une leucémie rare. Une étape décisive vers la canonisation du prêtre polonais martyr Jerzy Popieluszko, assassiné, lui, en 1984, a annoncé samedi le diocèse de Créteil. Béatifié en 2010, Jerzy Popieluszko serait, selon l'Eglise, intervenu de l'au-delà pour guérir le malade.

"Guérison inexplicable". Après un an de travail, la commission d'enquête chargée par le diocèse d'étudier ce cas supposé de miracle à la demande du cardinal de Varsovie a livré ses conclusions : il s'agit bien d'une "guérison inexplicable", "étonnante", a indiqué l'évêque de Créteil Mgr Michel Santier, confirmant une information du Parisien. Assassiné en 1984 par le régime communiste, Jerzy Popieluszko, qui fut l'aumônier du syndicat Solidarnosc, a été béatifié comme martyr le 6 juin 2010 à Varsovie.

Mgr Michel Santier annoncera officiellement la fin de l'enquête lors d'une prière célébrée le 14 septembre à la cathédrale de Créteil. La date n'a pas été choisie au hasard : elle correspond au jour de la fête de la Croix glorieuse, mais aussi au jour de naissance du bienheureux Popieluszko... et du père Bernard Brien. C'est ce dernier qui a prié, en 2012, pour demander l'intercession posthume du martyr polonais. En clair, le père Brien aurait fait l'intermédiaire entre le bienheureux Popieluszko et le malade. C'était le 14 septembre 2012.

Ce jour-là, selon la commission d'enquête, le père Brien dit : "Jerzy, aujourd'hui c'est ton anniversaire et le mien, c'est le jour de faire quelque chose pour ce malade". Le prêtre avait également célébré le rituel du sacrement des malades.

"Pour nous, c'est la prière". Ce patient de l'hôpital Albert-Chenevier de Créteil, atteint d'une leucémie depuis 2001 et pratiquement dans le coma, a alors connu une rémission rapide, totale et inexpliquée de son cancer. Bernard Brien, ordonné quelques semaines auparavant, était revenu d'un pèlerinage en Pologne au cours duquel il a découvert être né le même jour que Jerzy Popieluszko, ce qui explique "un lien spirituel", selon Mgr Santier. "Pour nous, c'est la prière, à travers elle, c'est Jésus lui-même qui guérit. J'y vois un signe du royaume de Dieu", a-t-il estimé. 

Un travail "sérieux et scientifique". La commission composée de deux notaires français et polonais, du délégué épiscopal pour la canonisation de Jerzy Popieluszko et d'un spécialiste du droit canon a effectué un "travail sérieux et scientifique" et interrogé de nombreux témoins: le père Brien, des membres de l'aumônerie, des proches du malades, le personnel médical de l'hôpital. Les conclusions de l'enquête seront envoyées à la Congrégation pour les causes des Saints à Rome qui présentera le dossier au pape, à qui revient la décision de décréter la canonisation, très attendue par la Pologne.