Vaucluse : un homme soupçonné d'avoir tué son frère en voie d'extradition depuis le Panama

  • A
  • A
Vaucluse : un homme soupçonné d'avoir tué son frère en voie d'extradition depuis le Panama
L'homme est en voie d'extraction depuis le Panama (photo d'illustration). @ RODRIGO ARANGUA / AFP
Partagez sur :

Le cadavre de Jean-Marc Brunel, un artisan de 58 ans, avait été retrouvé au fond d'un puits sur le terrain de sa villa, sous une dalle de béton fraîchement coulée. 

Un homme soupçonné d'avoir tué son frère, retrouvé fin 2015 au fond d'un puits de sa propriété de Châteauneuf-du-Pape, dans le Vaucluse, a été arrêté au Panama et devrait être extradé vers la France, a-t-on appris de sources concordantes.

Arrêté devant son domicile. Dominique Brunel, âgé d'une soixantaine d'années, a été arrêté "il y a trois semaines à Panama city, dans la ville où il vit, apparemment devant son domicile et il aurait accepté son extradition", et devrait "théoriquement" arriver en France d'ici la fin décembre, a indiqué l'avocat des parties civiles, Me Louis-Alain Lemaire. Interrogée, une source judiciaire a confirmé que l'extradition était "en bonne voie".

Un coup sur la tête. Le cadavre de Jean-Marc Brunel, un artisan âgé de 58 ans, avait été retrouvé au fond d'un puits sur le terrain de sa villa, sous une dalle de béton fraîchement coulée, le 2 novembre 2015, par les gendarmes qui enquêtaient sur sa disparition. Le corps avait les mains attachées dans le dos et était enroulé dans une bâche. Selon l'enquête Dominique Brunel, qui vivait au Panama, aurait tué son frère, mi-octobre 2015, d'un coup à la tête lors d'un séjour dans le Vaucluse. Pendant deux semaines, il se serait fait passer pour lui, vidant ses comptes bancaires, avant de prendre un vol au départ de Madrid pour retourner en Amérique centrale à la fin du mois d'octobre.

"Un vrai soulagement" pour les parents. Un mandat d'arrêt international avait été lancé contre lui. Les parents des deux hommes avaient demandé à leur fils aîné de se rendre lors d'une conférence de presse en octobre à Avignon. C'est un "calvaire que vivent ces gens très âgés", a déclaré leur conseil. "C'est un vrai soulagement" que l'aîné ait été arrêté, a-t-il ajouté.