Vacances : pourquoi le calendrier scolaire 2017 est-il aussi anarchique ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Pourquoi le troisième trimestre est-il si long ? Pourquoi la rentrée de janvier se fait-elle un mardi ? Quels intérêts président à ces choix ? Le calendrier scolaire 2017 suscite de nombreuses interrogations.

L'ENQUÊTE DU 8H

Les vacances de Noël commencent vendredi soir pour les trois zones scolaires. Des vacances un vendredi soir, cela paraît évident. Pourtant, cette régularité fait figure d'exception au regard du reste du calendrier scolaire de 2017. Des vacances de la Toussaint à cheval sur deux semaines, une rentrée un mardi ou encore un troisième trimestre bien plus long que d'habitude... Les nouveautés sont nombreuses. Explications sur ce calendrier peu commun.

Une date dictée par la sécurité routière. Les vacances de Noël dureront 17 jours puisque la rentrée se fera le 3 janvier, un mardi et non un lundi. Pour les parents qui travaillent, cela fait donc une journée supplémentaire de garderie ou de RTT à prévoir. Une date de rentrée qui s'explique par la prudence de la sécurité routière qui préfère éviter les retours massifs sur les routes, le 1er janvier, au lendemain d'un réveillon souvent arrosé.

Des vacances trop rapprochées. Ce qui agace encore plus dans ce calendrier 2017, c'est que les vacances d'hiver vont arriver le 4 février pour la zone C (qui regroupe les académies de Créteil, de Montpellier, de Paris, de Toulouse et de Versailles), tout juste un mois après celles de Noël. Même cette collégienne de 3ème ne trouve pas logique de travailler si peu, au micro d'Europe 1. "Il n'y a pas assez de temps pour se remettre dans le bain et puis au moment où on s'y remet, c'est déjà les vacances. C'est un peu n'importe quoi."

Un troisième trimestre qui n'en finit plus. Et avec des vacances d'hiver et de printemps qui démarrent tôt, le troisième trimestre sera bien plus long que les années précédentes. Les enfants devront enchaîner 10 à 12 semaines d'école consécutives. Certains parents appréhendent déjà cette longue période. "Ça va être terrible parce que déjà généralement la fin d'année est difficile pour eux et pour nous. Donc on appréhende aussi mais on va essayer de faire avec", affirme un père de famille. "En fait le rythme de l'enfant n'est pas respecté. Je pense que ce sont d'autres rythmes qui sont respectés. Ceux du tourisme ?", ironise une autre mère d'élève.

Le tourisme qui pèse toujours sur le calendrier scolaire. Cinquante-cinq organisations sont consultées pour établir les dates des vacances et parmi elles  : des élus locaux, le ministère des transports, le MEDEF ou encore le secteur du tourisme. Car à une semaine près, les retombées économiques sont totalement différentes

Quand les vacances de printemps sont concentrées uniquement sur le mois d'avril ça change tout pour les professionnels du tourisme, surtout quand ce sont les Franciliens qui partent les premiers en vacances. "Nous sommes à plus 50% de réservations pour le printemps. Ça permet de maintenir l'activité au mois d'avril et c'est très important pour nous", détaille Michel Giraudy, président de France Montagne, 

Pas de vacances mais des week-end prolongés. Le ministère de l'Éducation nationale assume : le calendrier choisi était celui qui permettait de concilier le plus d'intérêts possibles dit-on rue de Grenelle. Certes, le troisième trimestre est long, mais il y aura des week-end prolongés les 1er et 8 mai, et surtout un week-end de quatre jours entre le 25 mai (jeudi de l'Ascension) et le 28 mai.

Néanmoins, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation, a quand même mis sur pied un groupe de travail, pour tenter de rééquilibrer le troisième trimestre pour les années à venir. Parmi les pistes évoquées : l'ajout d'une semaine de vacances en mai, ou le découpage de la France en deux zones au lieu de trois. Mais aucun changement n'est à prévoir avant 2019.